Mort d'un ancien nonce poursuivi pour pédophilie: l'autopsie conclut à une cause naturelle

18/12/15 à 15:31 - Mise à jour à 15:31

Source: Belga

(Belga) La mort en août dernier au Vatican de Jozef Wesolowski, un ancien prélat polonais accusé de pédophilie, est due à une cause naturelle, un infarctus du myocarde, selon les résultats définitifs de l'autopsie rendus publics vendredi par le Saint-Siège.

Mort d'un ancien nonce poursuivi pour pédophilie: l'autopsie conclut à une cause naturelle

Mort d'un ancien nonce poursuivi pour pédophilie: l'autopsie conclut à une cause naturelle © BELGA

Les premiers examens du corps qui laissaient penser à une mort naturelle de l'ancien nonce en République dominicaine ont ainsi été confirmés "de manière définitive". Le rapport sur les examens toxicologiques et chimiques "confirme que la mort du prélat est due à un accident naturel: un infarctus aigu du myocarde, à l'exclusion de toute autre cause exogène", précise un communiqué. Poursuivi pour actes pédophiles sur des enfants de 13 à 16 ans à Saint-Domingue, mais aussi pour détention et recel "en quantité importante" de photos pédopornographiques, chargées sur internet au Saint-Siège, l'ancien nonce risquait six à sept ans de prison, sans compter d'éventuelles circonstances aggravantes. Au plan canonique (justice ecclésiale), il avait été jugé et sanctionné en juin 2014 par la Congrégation pour la doctrine de la foi, qui l'avait réduit à l'état laïque, la peine maximale pour un prélat. Mgr Jozef Wesolowski avait été trouvé mort fin août au "collège des pénitenciers" du tribunal du Vatican, où il était assigné à résidence depuis septembre 2014. Une soeur polonaise l'avait découvert la première sans vie, devant son téléviseur encore allumé. Ce brusque décès avait mis fin au premier procès au Vatican pour sévices sexuels sur mineurs. Le Vatican avait parlé d'un malaise dû à une chute de tension, mais la presse italienne avait affirmé qu'il avait absorbé un mélange d'alcool et de médicaments, laissant planer le doute sur une éventuelle tentative de suicide. Ce procès pénal manqué avait été perçu comme un échec du processus de transparence du pape François, qui a adopté une ligne ferme dans les affaires de pédophilie dans l'Eglise. C'était le premier procès jamais organisé au Vatican portant sur de telles accusations. (Belga)

Nos partenaires