Edmond Jadot
Edmond Jadot
Fonctionnaire à la retraite
Opinion

28/02/17 à 12:01 - Mise à jour à 12:01

"Monsieur Louis Michel, vos excuses m'ont conforté dans ma bonne opinion du monde politique"

"Monsieur Louis Michel , que retiendra l'Histoire de vos nobles fonctions et de quelques colères aussi spectaculaires qu'inoffensives et inutiles ?"

"Monsieur Louis Michel, vos excuses m'ont conforté dans ma bonne opinion du monde politique"

Louis Michel © Belga

A la bonne attention de Monsieur Louis Michel,

Vos excuses ne m'ont ni énervé, ni outré et, contrairement au futur chef de gare de Mons, n'ont pas fait saigner mon coeur; elles m'ont simplement conforté dans ma bonne opinion du monde politique.

Certes, vous n'êtes pas responsable de toutes les turpitudes du milieu, ni des brebis égarées au MR ou dans les autres partis, mais vos paroles trahissent hélas l'habitude pour une bonne partie de la classe politique, d'un confort royal surfait, pour le moins injustifié et parfois même usurpé.

S'Il est vrai que le vent ne fait pas tourner que les moulins ou les éoliennes, qu'avez-vous donc fait de si remarquable pour vous estimer à ce point et tenir de tels propos sur les gens, les choses et la valeur de l'argent.

Concrètement, vous n'avez inventé ni l'aspirateur, ni la brosse à dents, encore moins la pédale d'embrayage, contrairement à d'autres.

Que retiendra l'Histoire de vos nobles fonctions et de quelques colères aussi spectaculaires qu'inoffensives et inutiles. Figurerez-vous dans les livres avant ou après Fidel Castro ou entre Alain Vanderbiest et Guy Mathot ? L'avenir nous le dira...

Ayant séjourné quelques jours en milieu hospitalier, j'ai pu rencontrer et observer des gens qui, à toute heure du jour et de la nuit, dans des conditions souvent difficiles, se dévouaient corps et âme et ce, pour des salaires qui, comparés à vos rémunérations, semblent d'un autre âge. j'ai eu affaire avec des gens qui étaient réellement utiles et qui donnaient d'eux-mêmes une image autre que celle de nos élus occupés à lire le journal à la Chambre et au Sénat.

La Belgique est restée plus de 500 jours sans gouvernement et personne n'a souffert outre mesure. N'y aurait-il pas dès lors tromperie sur la marchandise et sur le montant des salaires ? Ne surévaluez-vous pas les tâches des Politiques et leurs salaires ne devraient-ils pas être revus en fonction de leur utilité?

Reprenant vos propos du 3 février "Vous obtiendrez un parlement coupé de la réalité, peuplé de fonctionnaires et d'enseignants, mais déserté par le monde de l'entreprise et les avocats"

Comment pouvez-vous afficher un tel mépris et une telle suffisance vis-à-vis des fonctionnaires et de vos anciens collègues, s'agit-il d'un orgueil démesuré ou d'une grosse fatigue? Vous sembleriez moins prétentieux s'il en était de la seconde hypothèse. Au fait, si vous aviez été moins fatigué, auriez-vous tenu pareil langage, j'ai l'impression de vous voir scier la branche sur laquelle vous avez posé vos fesses (et je plains la branche soumise au poids d'aussi grosses responsabilités)

Lorsque vous parlez de désertion du Parlement, j'ose espérer que vous ne réservez pas le sens de la réalité au monde de l'entreprise et aux avocats (ou du moins à certains de leurs représentants) - j'image difficilement un parlement peuplé exclusivement de cadres dynamiques liégeois ou de sénateurs-bourgmestres bruxellois ... que nous resterait-il avec des élus de si haut vol (sans jeu de mots)? Tout est si loin des pratiques mafieuses.

Mais tant que j'y pense, mes amitiés à Armand...bel exemple d'intégrité et grâce à qui la plaine de Waterloo n'aura pas vu passer que Napoleon.

Reprenant la suite de vos propos "quel entrepreneur acceptera de sacrifier ses week-ends, ses soirées, ses vacances, pour gagner 4.800 euros net/mois" Si vous pouviez estimer le nombre de gens qui bon gré mal gré doivent vivre avec la moitié ou même le tiers de ce montant auquel, (pour rester dans la décence) je n'ajoute aucun avantage en nature pour un ou des sièges réels ou fictifs dans des intercommunales) et si vous aviez la patience de vouloir survivre (à titre d'exercice) avec ces moyens, vous seriez sans doute moins coupé de la réalité.

Vous arrive-t-il seulement parfois d'imaginer les difficultés à vivre des "petits enseignants (ça devrait pourtant vous rappeler quelques souvenirs), des fonctionnaires, d'employés, d'ouvriers, de vendeuses ou caissières de grands magasins ...qui constituent la majorité de l'espèce dont vous tirez profit et ce, grâce à votre travail "acharné" qui peut entraîner quelques stress au moment des élections mais vous met à l'abri le reste du temps...

Vous montrez finalement beaucoup de dédain pour tous ces petits cons qui, en vous apportant leur voix, vous offrent la fonction, le fric qui va avec et vous permettent de jouir de revenus que vous osez qualifier de confortables.

Je pense que vous êtes très éloigné des soucis du Belge moyen et qu'il est grand temps de vous abstenir de tels discours; revenez sur Terre en espérant que ce soit dans l'intérêt général. Vos excuses auraient au moins pu paraître sincères. A vous de juger...

M'est-il permis de rêver que, malgré les lois de Mendel et certains caractères héréditaires, notre Premier Ministre aura plus de sagesse que son papa.

Sans vouloir vous contredire, pour regagner l'estime et la confiance du citoyen, il serait opportun (et plus juste) soit de réduire les rémunérations des élus sans toucher à la pitance populaire, soit d'augmenter celle-ci en maintenant au niveau actuel les salaires de nos Hommes politiques (honnêtes et dévoués - je ne parlerai pas des autres)...

Autant demander à un kangourou de se marcher sur la tête...

La fonction politique doit être correctement rémunérée, peut jouir de certains avantages mais tout cela doit rester raisonnable. Gardons à l'esprit que l'injustice génère bien des malheurs et que l'histoire repasse souvent les mêmes conneries.

Comme nous avons le même âge, il est temps pour vous comme pour moi de compter nos bananes et de philosopher sur d'autres matières. Oubliez la politique avant qu'il ne soit trop tard ou il vous faudra prendre Arena sur les genoux pour vous lire le journal.

Un fonctionnaire retraité, non pistonné, ingénieur industriel 10 C (anciennement ingénieur industriel principal - chef de service), licencié en protection du travail, formation en environnement et en marchés publics (avec réussite des tests de compétence) très loin de 4800€ (net/mois) et qui ne vous envie absolument pas.

PS : Ne confiez pas trop vite la gestion de l'Etat à des entrepreneurs, ils ont horreur du gaspillage et risqueraient de mettre au chômage bon nombre de parlementaires et de revoir à la baisse le salaire de tous les autres. ?

Nos partenaires

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience d'utilisateur. En continuant à surfer, vous acceptez notre politique de cookies. Plus d'infos