Mohamed Hamza Arshad agacé par les questions du tribunal sur son séjour en Syrie

10/05/16 à 18:34 - Mise à jour à 18:34

Source: Belga

(Belga) "Je ne sais plus à quoi ressemblait le camp où j'étais en Syrie et je ne sais plus s'il y avait moyen d'y loger 50 ou 500 personnes", s'est emporté le prévenu Mohamed Hamza Arshad, mardi après-midi, devant le tribunal correctionnel de Bruxelles. Il a ensuite expliqué son agacement par le fait qu'il avait été maltraité dans le camp djihadiste où il était en Syrie et qu'il avait peur de représailles. Mohamed Hamza Arshad est prévenu devant le tribunal pour avoir été l'un des dirigeants d'une cellule terroriste en Belgique, démantelée à Verviers et à Bruxelles en janvier 2015.

Mohamed Hamza Arshad agacé par les questions du tribunal sur son séjour en Syrie

Mohamed Hamza Arshad agacé par les questions du tribunal sur son séjour en Syrie © BELGA

"Je me suis graduellement convaincu de me rendre en Syrie en regardant des vidéos de propagande de l'Etat Islamique", a expliqué Mohamed Hamza Arshad concernant son départ en Syrie en septembre 2014 où il était resté trois semaines. "Je suis arrivé en Turquie puis j'ai rejoint la Syrie en taxi", a ensuite affirmé le prévenu. "Puis qu'avez-vous fait? Où étiez-vous?", ont interrogé les juges. "Hé bien on vous prend en charge, c'est tout! Il y a une voiture qui attend, vous montez dedans et puis voilà", a répondu le prévenu. Les juges ont poursuivi en le questionnant sur le lieu où il a été emmené et sur la description de ce camp rebelle. "Je ne sais plus à quoi ressemblait le camp où j'étais et je ne sais plus s'il y avait moyen d'y loger 50 ou 500 personnes", a répondu, agacé, Mohamed Hamza Arshad. "J'ai l'air d'être un géomètre qui calcule des superficies?", a-t-il rétorqué aux juges. Le prévenu s'est ensuite excusé, affirmant s'être emporté parce qu'il a été maltraité dans ce camp et qu'il a encore peur aujourd'hui d'être victime de représailles. (Belga)

Nos partenaires