Mobiloo : un nouveau système de transport urbain bientôt lancé à Bruxelles

12/12/14 à 16:25 - Mise à jour à 16:23

Dès mercredi, de petits véhicules jaunes et verts arpenteront certains quartiers de Bruxelles et d'Ixelles. Présentation de ce nouveau système de transport urbain.

Mobiloo : un nouveau système de transport urbain bientôt lancé à Bruxelles

L'avenue de la toison d'or, l'un des tronçons où devrait circuler Mobiloo. © Google Street View

Steven Karl, fondateur de Mobiloo, a pendant de nombreuses années, utilisé les transports en commun, certes pratiques, mais présentant quelques contraintes : obligation de passer par tous les arrêts, manque de places aux heures de pointe, retard technologie des infrastructures de transport (pas de WiFi à bord, etc.).

Steven a donc réfléchi à une solution unique à ces différents problèmes : Mobiloo. Il s'agit d'un système de transport qui permettra aux usagers d'effectuer de petits trajets à un prix démocratique dans un véhicule individuel, écologique (électrique) et proposant le WiFi ou la possibilité de recharger son smartphone.

À l'image d'un bus, les trajets de ces véhicules sont prédéfinis et joignent les pôles d'intérêts de la zone couverte. L'usager monte ainsi dans le véhicule et précise où il veut être déposé sur le tracé.

Zones sur lesquelles Mobiloo sera opérationnel dès mercredi.

Zones sur lesquelles Mobiloo sera opérationnel dès mercredi. © Mobiloo

Mobiloo couvrira dans un premier temps deux zones : Ixelles et le centre de Bruxelles. Un trajet d'un point A vers un point B dans une même zone revient à 4 euros. S'il faut passer de la première zone à la seconde, le tarif s'élève à 8 euros. Il est possible de baisser le prix par personne en voyageant par petit groupe : si deux personnes voyagent dans une même zone, elles ne payeront que 5¤, soit 2,5¤ chacune.

L'une des priorités de Mobiloo est le confort de l'usager : il trouvera ainsi dans le véhicule différents magazines, des bons de réduction pour certaines enseignes de la ville ou encore une connexion internet. Il pourra payer en liquide, par carte ou avec son smartphone via l'application bancontact.

Le service est aussi bien destiné aux autochtones qui pourront l'utiliser dans leur vie quotidienne qu'aux touristes qui pourront facilement rejoindre les centres d'intérêt de la ville en profitant de la vue, "ce que ne permet pas le Métro" explique Steven. Dès février, la société compte proposer des city-tours personnalisables en fonction de l'intérêt du client. Enfin, une application devrait être lancée au mois d'avril et permettra non seulement de commander un Mobiloo, mais aussi de voir où il se trouve.

Les chauffeurs doivent avoir le permis depuis au moins 3 ans, ne jamais avoir eu d'accident, être trilingues, avoir au minimum un bachelier et être sociables.

Comment se présente le véhicule ? Il s'agit d'une voiture à trois roues arborant les couleurs jaunes et vertes. Il est considéré comme un cyclomoteur de classe B, ce qui signifie qu'il pourra se garer sur les trottoirs tant qu'il ne gêne pas la circulation des piétons. La société en possède actuellement une dizaine, mais espère pouvoir en avoir cinq de plus d'ici février.

Véhicule Mobiloo.

Véhicule Mobiloo. © Mobiloo

Concernant une concurrence éventuelle avec les taxis, le fondateur de la société assure avoir consulté les autres acteurs du marché avant de lancer son initiative. De plus, d'un point de vue juridique, Mobiloo se différencie bien des taxis. Enfin, ce nouveau service doit être considéré comme du "transport-loisir", pas comme un simple moyen de transport.

Steven Karl pense déjà au futur. Dans un premier temps, il entend trouver un marché d'équilibre dans les zones où Mobiloo est déjà installé. Ensuite, en fonction des demandes, il regardera à la possibilité de s'installer dans d'autres quartiers de la capitale, puis éventuellement dans d'autres villes. De même pour les services : il n'est pas impossible qu'un horaire de nuit soit mis en place s'il y a une demande. En attendant, les Mobiloo rouleront de 8h à 16h en semaine et de 11h à 19h le week-end.

En savoir plus sur:

Nos partenaires