Missiles balistiques: Washington sanctionne 5 groupes industriels iraniens

04/01/18 à 21:48 - Mise à jour à 21:51

Source: Belga

(Belga) Washington a décidé jeudi de nouvelles sanctions financières contre des groupes industriels iraniens accusés de participer au programme de missiles balistiques de Téhéran.

Cinq sociétés industrielles, filiales du groupe Shahid Bakeri Industrial Group, déjà sur la liste noire américaine, ont été désignées ce qui bloque leurs avoirs aux Etats-Unis et interdit toute relation commerciale et accès au système financier américain, selon un communiqué du Trésor américain. Il s'agit des sociétés Shahid Kharrazi Industries, Shahid Sanikhani Industires, Shahid Moghaddam Industries, Shahid Eslami Research Center et Shahid Shustari Industries. Elles sont accusées de développer et fabriquer des équipements pour les missiles balistiques iraniens allant des propulseurs à propergol solide, à des systèmes de guidage et contrôle, en passant par des équipements de soutien au sol. "Les Etat-Unis vont continuer à contrer les intentions malignes du régime iranien y compris en ajoutant des sanctions visant les abus des droits de l'homme", a indiqué le secrétaire au Trésor Steven Mnuchin, dans un communiqué. Le responsable américain fait sans doute référence aux intentions de la Maison Blanche de prononcer de nouvelles sanctions contre des représentants du régime iranien et ses partisans impliqués dans la répression du mouvement de contestation débuté il y a une semaine. Depuis la fin de l'année 2017, plus d'une vingtaine de personnes ont été tuées en Iran et des centaines arrêtées lors de rassemblements contre les difficultés économique et le pouvoir. Un haut responsable de l'administration américaine a indiqué mercredi que les Etats-Unis allaient "utiliser toutes les sources d'informations à leur disposition pour (...) recueillir des informations concrètes sur qui est à l'origine de la répression, qui porte atteinte aux droits de l'Homme, qui utilise la violence contre les manifestants, pour soumettre (ces informations) à notre mécanisme de désignation des sanctions". (Belga)

Nos partenaires