Milquet veut pouvoir interdire les organisations radicales

04/06/12 à 06:41 - Mise à jour à 06:41

Source: Le Vif

Pour la ministre de l'Intérieur Joëlle Milquet (cdH), les organisations extrémistes et leurs sites internet doivent pouvoir être interdits, révèle lundi De Morgen.

Milquet veut pouvoir interdire les organisations radicales

© Image Globe / ERIC LALMAND

Joëlle Milquet avait indiqué, après les émeutes à Molenbeek, qu'elle avait l'intention de renforcer la lutte contre le radicalisme et de revoir le cadre légal.

Grâce à ce cadre légal, il devra être possible à l'avenir d'interdire les associations radicales et de bloquer des sites internet faisant l'apologie de la violence et de la haine. Les polices locale et fédérale recevront une formation à partir de fin juin sur le phénomène de radicalisation. Par ailleurs, les centres culturels, les mosquées, les prisons et les chaînes de télévision ou radio seront sensibilisés au problème.

La ministre souhaite aussi renforcer l'aide apportée aux "acteurs de première ligne", comme les professeurs et les parents, car elles sont les mieux placées pour déceler des signes de radicalisation. La délivrance d'un visa sera aussi davantage contrôlée. "Nous devons être plus stricts si nous accordons un visa, et on doit pouvoir l'interdire s'il y a un soupçon de radicalisation", ajoute la ministre.

Le PS veut également interdire les groupes radicaux

Le PS veut lui aussi interdire les associations et les groupuscules radicaux "qui incitent à la haine et qui appellent à des actes de violences", a indiqué le parti à l'issue de son bureau hebdomadaire.

"De telles associations doivent être interdites en élargissant et en conjuguant la loi Moureaux, qui punit déjà les actes inspirés par le racisme ou la xénophobie, et la loi qui interdit les milices privées", plaident les socialistes.

Le PS réaffirme l'importance de la liberté d'association, mais ajoute que toute liberté a ses limites. "Les propos tenus ce week-end par les dirigeants du groupe extrémiste 'Sharia For Belgium' doivent systématiquement être poursuivis et condamnés, comme ils l'ont déjà été par le passé".

Pour le PS, ce sont les personnes issues de l'immigration qui sont les premières victimes de ce type d'associations. "La société dans son ensemble doit donc se garder de stigmatiser certaines communautés sur base des divagations de quelques extrémistes", précise le parti dans un communiqué.

Avec Belga

Nos partenaires