Milquet dénonce l'allongement "honteux" de la carrière des enseignants

22/04/15 à 17:42 - Mise à jour à 17:42

Source: Belga

La ministre francophone de l'Education, Joëlle Milquet, a dénoncé mercredi, à quelques heures du vote attendu à la Chambre de la réforme des pensions des agents des services publics, le rallongement "honteux" des fins de carrières des enseignants qui, selon elle, devront travailler jusqu'à six années de plus.

Milquet dénonce l'allongement "honteux" de la carrière des enseignants

© Belga

Dans un communiqué, la ministre centriste pointe deux décisions de la nouvelle majorité fédérale: la fin progressive de la bonification des années d'études supérieures dans le calcul des carrières des profs qui retardera à terme leur retraite de 2 à 4 ans, ainsi que le recul de l'âge minimal pour les départs à la retraite anticipés, soit 2 ans de plus encore.

"Cette double décision entraînera pour les enseignants âgés de moins de 55 ans au 1er septembre 2015 une obligation de travailler de 4 à 6 ans de plus", fustige Mme Milquet. "Six années de carrière en plus, soit une mesure inacceptable, qui s'impose sans mesures transitoires suffisantes et vient s'ajouter à une troisième mesure: le report de l'âge légal de la pension à 66 ans en 2025 et à 67 ans en 2030", dénonce-t-elle.

Mme Milquet sollicite en conséquence une rencontre avec le ministre fédéral des Pensions, Daniel Bacquelaine, pour obtenir, "à défaut du retrait des projets ou une diminution des années à prester en plus", un étalement des dispositions, ainsi que des mesures transitoires comprenant des dérogations.

La ministre francophone demande en outre à ce que les entités fédérées soient intégrées dans le Comité national des Pensions "afin de les associer à la définition des métiers lourds et au calcul du montant des pensions". "La Suédoise doit à un moment accepter d'entrer dans une logique de concertation", conclut la ministre de l'Education.

Nos partenaires