Michel, Lutgen, Magnette et la SNCB condamnent la grève sauvage

14/05/12 à 09:28 - Mise à jour à 09:28

Source: Le Vif

Les présidents du MR et du cdH, Charles Michel et Benoît Lutgen, ainsi que le ministre des Entreprises publiques Paul Magnette et la SNCB ont critiqué, lundi matin, la grève sauvage déclenchée par le Syndicat Autonome des Conducteurs de Train (SACT).

Michel, Lutgen, Magnette et la SNCB condamnent la grève sauvage

© Image Globe

"Ras-le-bol des grèves sauvages, il est temps d'instaurer le service minimum", a déclaré Charles Michel dans un communiqué. "C'est inacceptable", a dit Benoit Lutgen sur Bel RTL ajoutant qu'on peut réfléchir à un service minimum mais que cela doit être négocié avec les organisations syndicales.

Le Syndicat Autonome des Conducteurs de Train, un syndicat minoritaire qui regroupe les conducteurs de trains, a déclenché une grève lundi matin sans le moindre préavis ce qui a provoqué de nombreuses perturbations.

"C'est une fois encore les navetteurs, les écoliers et les étudiants qui sont pris en otage par une action syndicale sauvage dont on ne connaît même pas la motivation. C'est totalement inacceptable. Personne n'a le droit de s'accaparer un bien public et d'en priver les usagers", souligne Charles Michel. Le président du MR souhaite relancer le débat sur le service minimum impliquant la desserte minimale des lignes aux heures de pointe.

Benoit Lutgen a pour sa part insisté sur le fait que la grève avait été déclenchée sans respecter les délais légaux et les règles en vigueur. "C'est inacceptable", a-t-il dit ajoutant qu'on peut réfléchir à un service minimum mais que cela doit être négocié avec les syndicats.

Le ministre des Entreprises publiques Paul Magnette (PS) a condamné la grève sauvage déclenchée "en dehors de toute concertation". Pour le ministre, "il est inacceptable de prendre les usagers en otage". "En l'occurrence, ce syndicat doit respecter les mécanismes et les règles de concertation prévoyant notamment un préavis de grève", rappelle-t-il dans un communiqué.

"Seul le vrai dialogue social est garant tant des intérêts des travailleurs que de ceux des usagers et de la qualité des services auxquels ils ont droit. La concertation sociale est d'autant plus importante en cette période où la SNCB doit rencontrer de nombreux défis", ajoute le ministre.

La SNCB "condamne la grève sauvage"

La SNCB "condamne fermement la grève sauvage" menée ce matin par des affiliés au Syndicat Autonome des Conducteurs de Trains (SACT), a-t-elle fait savoir dans un communiqué.

Ce mouvement "ne respecte pas le dialogue social statutaire", a affirmé la compagnie de chemins de fer qui "va dès lors demander l'application des dispositions réglementaires vis-à-vis des agents qui ont abandonné leur service".

"La SNCB a mis tout en oeuvre pour restaurer une circulation normale de ses trains", a-t-elle ajouté. Selon cette dernière, le mouvement des affiliés au SACT a causé la suppression d'une soixantaine de trains sur l'ensemble du réseau.

Colère à la suite de l'accident de Godinne

Les conducteurs de train ont manifesté leur émotion face au constat d'insécurité mis en lumière par l'accident survenu vendredi à Godinne, a indiqué lundi dans un communiqué le Syndicat Autonome des Conducteurs de Train (SACT), pour expliquer la grève sauvage entamée par des conducteurs "sans appartenance syndicale particulière".

"Cet accident nous rappelle à quel point la sécurité sur le rail est loin d'être optimale, tant pour les usagers que pour les cheminots. Un des conducteurs doit la vie à un véritable miracle, il n'y a pas d'autre mot", indique le syndicat qui a soutenu l'action.

Le SACT constate également que des problèmes de signalisation se sont produits sur cette ligne les jours précédents.

Par ailleurs, le syndicat précise qu'un préavis de grève a été déposé en date du 9 mai, concernant la mise en application de tests psychotechniques pour conducteurs de train dans le cadre de délivrance des licences de conduite européennes. La concertation est actuellement en cours avec, notamment, la SNCB. "Le mouvement d'humeur de ce lundi est totalement étranger à la mise en application de ces tests", a précisé le SACT.

Le Vif.be, avec Belga

Nos partenaires