Michel: "Il n'y aura pas de réforme de l'Etat jusqu'en 2019"

14/01/16 à 19:32 - Mise à jour à 19:32

Source: Belga

"Il n'y aura pas de réforme de l'Etat jusqu'en 2019", a répété jeudi le premier ministre Charles Michel à la Chambre en réponse à des questions de Catherine Fonck (cdH) et Olivier Maingain (DéFI). Des élections auront lieu ensuite, en vue desquelles chaque parti préparera son programme.

Michel: "Il n'y aura pas de réforme de l'Etat jusqu'en 2019"

© Belga

Les députés ont non seulement mis en cause l'annonce par la N-VA de la relance de ses travaux visant une émancipation de la Flandre mais aussi l'entretien qu'aurait accordé le vice-premier ministre Jan Jambon à la coupole européenne des partis séparatistes dans son cabinet. Une visite privée, rendue par des amis, avait-on alors expliqué au cabinet du ministre.

Ce n'est pas la première fois que Michel est interpellé au parlement à propos de déclarations ou fréquentations de ses ministres N-VA. Fidèle à son habitude, il a rappelé que l'accord de gouvernement, conclu il y a quinze mois, ne contenait aucun chapitre de nature institutionnelle, une première en 20 ans. Il a également évoqué le débat relancé il y a quelques mois dans les partis francophones autour de l'avenir de la Fédération Wallonie-Bruxelles, de nature institutionnelle lui aussi mais qui n'a pas suscité autant de réactions de l'opposition.

"Vous n'entendez rien, vous ne voyez rien et vous ne dites rien", a regretté Mme Fonck. "Vous avez laissé votre ministre franchir une ligne", a accusé pour sa part M. Maingain d'après qui le président de la N-VA, Bart De Wever, dicte sa ligne au gouvernement. "Un gouvernement De Wever-Malvira" (du nom de la célèbre marionnette de la RTBF), a-t-il ironisé.

Le PS a exhorté mercredi le premier ministre à rappeler son partenaire de majorité à l'ordre. Il n'est toutefois pas intervenu sur le sujet en séance plénière et s'est concentré sur deux sujets concrets, illustratifs à ses yeux d'un démantèlement de l'Etat, a-t-il expliqué: la SNCB et les économies dans la sécurité sociale.

En savoir plus sur:

Nos partenaires