Mexique : la Cour suprême rejette un projet de dépénalisation de l'avortement

30/06/16 à 02:49 - Mise à jour à 02:49

Source: Belga

(Belga) La Cour suprême mexicaine a rejeté mercredi un projet visant à dépénaliser l'avortement, tout en ouvrant la porte à un réexamen de cette décision dans le deuxième pays le plus catholique au monde.

Par trois votes contre un, les membres de la première chambre de cette institution ont rejeté une initiative visant à déclarer inconstitutionnels deux articles du code pénal criminalisant l'avortement et limitant drastiquement les possibilités de recours à une interruption volontaire de grossesse pour des raisons médicales. Depuis 2007, l'interruption volontaire de grossesse est autorisée dans la ville de Mexico, si elle se déroule dans les trois mois après la conception, mais elle est interdite dans le reste du pays sauf dans le cas où la grossesse met en péril la vie de la femme enceinte. Le projet, présenté par un membre de la Cour suprême, Arturo Zaldivar, visait à élargir les possibilités d'avortement à des femmes souffrant d'autres pathologies et à déclarer inconstitutionnelles les peines de prison en cas d'avortement illégal, qui peuvent aller jusqu'à cinq ans. Selon M. Zaldivar, l'article 334 du code pénal mexicain constitue "une véritable discrimination envers la santé des femmes". Son initiative visait également à introduire des sanctions graduées en cas d'avortement illégal en fonction de l'avancement de la grossesse. Entre 1999 et 2013, plus de deux mille femmes sont décédées des suites d'avortements réalisés dans de mauvaises conditions sanitaires du fait de l'interdiction actuelle, a argumenté M. Zaldivar devant ses pairs. Environ 200 militants anti-avortement et une centaine d'autres favorables à la réforme ont manifesté bruyamment à l'extérieur du bâtiment durant les débats. La Cour sûpreme a finalement rejeté le projet tout en admettant que l'avortement faisait partie des problématiques actuelles du pays et suggéré qu'une nouvelle proposition soit élaborée et débattue au cours des prochains mois. (Belga)

Nos partenaires