#MeToo: "Pour les promotions canapé, il faut être deux"

03/01/18 à 15:24 - Mise à jour à 15:24

Source: Knack

Les femmes ont-elles, parfois, une part de responsabilité dans le comportement indigne de certains hommes ? Ne doivent-elles pas être plus conscientes de l'effet qu'elles peuvent avoir sur les hommes ? C'est probablement le seul tabou qui a résisté aux mois de polémique #MeToo. "Il n'y a pas de mal à arborer un joli décolleté, mais ne vous attendez pas à ce qu'on regarde vos chaussures."

"Qu'en est-il des femmes qui utilisent leurs mini-jupes et décolletés pour obtenir quelque chose d'un homme ? N'est-ce pas un comportement inapproprié ?" C'est là une réserve souvent émise dans la polémique #metoo sur les réseaux sociaux - même si elle est généralement exprimée de manière plus détournée. Ça et là, on mentionne l'existence de ce qu'on appelle les allumeuses : des femmes qui taquinent et provoquent les hommes, mais prennent leurs distances au moment crucial. Ces histoires n'ont pas remporté beaucoup de suffrages. Celui qui osait suggérer que certaines femmes sont peut-être un peu responsables du comportement inapproprié des hommes se voyait accablé de commentateurs dévastateurs.
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Lisez 3 articles gratuits par mois

Je m'enregistre Je suis déjà enregistré
ou

Les abonnés du Vif/l'Express bénéficient d'un accès illimité à tous les articles sur LeVif.be

Je prends un abonnement Je suis déjà abonné

Nos partenaires