Menace terroriste - Comparution de 3 hommes soupçonnés d'avoir voulu commettre un attentat dans une 'fan zone'

14/07/16 à 14:31 - Mise à jour à 14:31

Source: Belga

(Belga) Samir Chahjouani (27 ans), Moustapha Benhattal (40 ans) et Jawad Benhattal (29 ans), trois hommes interpellés dans la nuit du 17 au 18 juin et soupçonnés d'avoir planifié un attentat dans la 'fan zone' de la place Rogier à Bruxelles, ont comparu jeudi devant la chambre du conseil de Bruxelles. Me Olivier Martins, avocat de M. Chahjouani, a demandé la remise en liberté de son client. L'homme nie en effet fermement avoir voulu commettre un attentat. Les avocats des deux autres suspects ont refusé de livrer un commentaire.

Menace terroriste - Comparution de 3 hommes soupçonnés d'avoir voulu commettre un attentat dans une 'fan zone'

Menace terroriste - Comparution de 3 hommes soupçonnés d'avoir voulu commettre un attentat dans une 'fan zone' © BELGA

Les trois hommes avaient été appréhendés au cours d'une vague de perquisitions menées à 40 adresses à Bruxelles, Molenbeek-Saint-Jean, Schaerbeek, Anderlecht, Koekelberg, Berchem-Sainte-Agathe, Evere, Forest, Watermael-Boitsfort, Ganshoren, Zaventem, Ninove, Wemmel, Fleurus, Tubize et Liège. Les neuf autres personnes interpellées à l'issue de cette action avaient été remises en liberté après audition. Samir Chahjouani, Moustapha Benhattal et Jawad Benhattal ont été inculpés de tentative d'assassinat dans un contexte terroriste et de participation aux activités d'un groupe terroriste, comme auteur ou co-auteur. Ils appartiennent au cercle de connaissances des frères El Bakraoui ainsi que de Najim Laachraoui, les terroristes qui se sont fait exploser le 22 mars dernier à Brussels Airport et dans la station de métro Maelbeek. Ils auraient notamment eu l'intention de commettre une attaque pendant la retransmission de la rencontre des Diables Rouges le 18 juin dans la 'fan zone' de la place Rogier. Aucune arme ou explosif n'a été découvert lors des perquisitions bien que 152 garages aient été fouillés. "Mon client nie fermement avoir eu l'intention de commettre un attentat. Dans les retranscriptions écrites des conversations mises sur écoute ne se trouve pas d'élément pointant vers une culpabilité de mon client. Il n'y a aucun élément indiquant qu'un attentat était prévu ou en préparation. Il y a certes des discussions qui se sont déroulées à des endroits qui posent question, mais il n'y a rien de concret", a indiqué Me Olivier Martins, avocat de Samir Chahjouani. La chambre du conseil se prononcera plus tard dans la journée sur le maintien en détention des trois suspects. (Belga)

Nos partenaires