Médiation : "la discussion offre la perspective d'une solution"

27/09/10 à 10:43 - Mise à jour à 10:43

Source: Le Vif

Le groupe d'experts de haut niveau chargés de démêler l'écheveau politique afin de permettre la reprise de négociations pour la formation d'un nouveau gouvernement fédéral a entamé "une discussion très concrète", a affirmé lundi matin le chef de file des socialistes flamands Frank Vandenbroucke, qui participe aux travaux de ce groupe.

Médiation : "la discussion offre la perspective d'une solution"

© Belga

Interrogé lundi matin par la VRT-radio, lors de l'émission "De Ochtend", Frank Vandenbroucke a affirmé qu' "une discussion très concrète avait démarré au sein du groupe" et que des "principes généraux" étaient "traduits en propositions concrètes".

Selon lui, les différentes propositions sont encore fort éloignées les unes des autres, mais la discussion "offre la perspective d'une solution".

Frank Vandenbroucke a dit espérer que le groupe de travail contribuera à rapprocher suffisamment les points de vue entre les différentes parties autour de la table, mais que ce n'est pas nécessairement au sein de ce groupe qu'un compromis sera dégagé.

Régionaliser la TVA sur la construction ?

Le PS est disposé à examiner l'opportunité de régionaliser les accises et la TVA sur la construction et la rénovation, a-t-il indiqué dimanche dans le cadre de la réunion du groupe d'experts de haut niveau, a affirmé lundi le quotidien De Standaard.

Selon le quotidien flamand, dans la ligne des propositions du pré-formateur Elio Di Rupo, le PS a proposé de porter la part de la dotation IPP aux Régions de 6,75 à 10%, mais la disponibilité du PS à examiner l'opportunité de transférer les accises et la TVA sur la construction et la rénovation est nouvelle.

Le nombre d'habitants serait le critère unique de répartition des moyens entre les communautés. D'après le quotidien, à Bruxelles, le PS propose une clé de répartition 90 (pour les francophones)/10 (pour les néerlandophones). Bruxelles doit à ses yeux, recevoir une compensation pour les fonctionnaires étrangers qui y résident ainsi que pour les navetteurs. Le chiffre de 500 millions d'euros est toujours évoqué.

Les partis flamands ne se sont pas montrés enthousiastes face à cette proposition. Ils ont notamment argué que l'enseignement néerlandophone occupait une part de marché de 20% à Bruxelles. La clé de répartition proposée par le PS est donc, à leurs yeux, nettement insuffisante.

La N-VA aurait proposé de conditionner le transfert d'argent supplémentaire à Bruxelles à la réalisation d'une étude objective pour déterminer les besoins de la capitale.

Le Vif.be, avec Belga

En savoir plus sur:

Nos partenaires