Médecins sans Frontières n'acceptera plus les fonds de l'UE et des Etats-membres

17/06/16 à 11:23 - Mise à jour à 11:23

Source: Belga

(Belga) L'association Médecins sans Frontières a annoncé vendredi qu'elle n'acceptera plus les fonds des institutions de l'Union européenne et de ses Etats-membres. Elle entend par là dénoncer l'accord "inhumain" passé entre l'UE et la Turquie dans le cadre de la "crise des réfugiés". "Cet accord honteux met le principe même du droit d'asile en péril", dénonce-t-elle.

Médecins sans Frontières n'acceptera plus les fonds de l'UE et des Etats-membres

Médecins sans Frontières n'acceptera plus les fonds de l'UE et des Etats-membres © BELGA

La décision annoncée vendredi au cours d'une conférence de presse, et dans une vidéo circulant sur internet, prend effet "immédiatement et sera appliquée à tous les projets de MSF à travers le monde". MSF dénonce la politique migratoire de l'Union européenne en général, et en particulier l'accord passé il y a trois mois entre la Turquie et les Etats-membres. "Sur les îles grecques, plus de 8.000 personnes, y compris des centaines de mineurs non-accompagnés, sont restées bloquées en conséquence directe de ce pacte (...) Ils craignent un retour forcé vers la Turquie, privés de l'aide juridique essentielle, leur seul moyen de défense contre l'expulsion collective. La majorité de ces familles, que l'Europe a mis hors de sa vue, ont fui les conflits en Syrie, en Irak et en Afghanistan", rappelle Médecins sans Frontières. L'ONG dénonce depuis des mois la réponse jugée honteuse de l'Europe à la situation actuelle et estime que l'accord avec la Turquie "met le concept de réfugié et la protection qu'il engendre en danger". "MSF ne recevra pas les fonds des institutions et des gouvernements dont les politiques font tellement de mal. Nous appelons les gouvernements européens à changer leurs priorités - plutôt que de maximiser le nombre de personnes qu'ils peuvent repousser, ils doivent maximiser le nombre de personnes qu'ils accueillent et les protéger", conclut le communiqué. (Belga)

Nos partenaires