Mauvais bulletin pour la Belgique en matière de contrôle alimentaire

21/11/13 à 07:27 - Mise à jour à 07:27

Source: Le Vif

Les inspecteurs de la Commission européenne critiquent la manière de travailler de l'Agence de contrôle alimentaire belge et principalement le fait qu'elle ne constate pas toute une série de problèmes d'hygiène dans l'industrie alimentaire. Les sanctions prises à l'encontre des entreprises qui vendent de la nourriture contaminée sont également jugées trop laxistes, peut-on lire jeudi dans les journaux De Standaard et Het Nieuwsblad.

Mauvais bulletin pour la Belgique en matière de contrôle alimentaire

© Image Globe

On apprenait début 2012 que 16 tonnes de poudre de lait belge étaient retirées des magasins russes car contaminées par la salmonelle. L'Agence fédérale belge pour la sécurité de la chaîne alimentaire (AFSCA) avait directement indiqué que "toutes les mesures nécessaires ont été prises pour éviter qu'un tel incident ne se reproduise à l'avenir".

Une équipe d'inspecteurs de la Commission européenne est venue cette année examiner les mesures prises par l'AFSCA et a émis des critiques sur l'approche de l'agence belge.

Selon les inspecteurs européens, la laiterie savait, par ses propres analyses, que son lait en poudre était contaminé, mais a tout de même exporté son produit. L'entreprise n'a pas non plus signalé le problème à l'AFSCA, alors qu'elle en a l'obligation. A la suite de ces infractions, l' AFSCA lui a adressé une amende de 1.250 euros. "Ce n'est pas proportionnel", peut-on lire dans le rapport des inspecteurs. L'amende de 1.500 euros que cette même entreprise a reçue quelques mois plus tard pour une nouvelle infraction est également jugée trop faible aux yeux des inspecteurs européens.

Ce cas n'est qu'un des problèmes que les inspecteurs européens ont relevés quand ils ont examiné, dans onze entreprises, la façon dont l'AFSCA contrôlait les produits alimentaires.

Les inspecteurs européens ont ainsi constaté de nombreux manquements que l'AFSCA elle-même n'avait pas remarqués lors de ses contrôles. L'Agence belge ne trouve toutefois pas que cela donne une image totalement négative de son travail. "Ces remarques concernent des cas individuels. Elles ne peuvent pas être généralisées".

L'AFSCA réfute les affirmations du Standaard

L'Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire (AFSCA) a réagi jeudi via communiqué à l'article paru le matin-même dans le quotidien flamand "De Standaard" selon lequel le contrôle alimentaire belge serait déficient. L'Afsca se dit étonnée "de cet article à sensation dans un journal généralement réputé sérieux et qui fait la une en reprenant hors contexte quelques éléments d'un rapport d'inspection de la Commission européenne alors que celle-ci considère l'AFSCA comme un modèle du genre".

Dans son communiqué, l'Afsca rappelle que sa fonction répressive comprend la saisie de denrées (772 tonnes en 2012), la fermeture temporaire d'établissements (123 en 2012) et l'interruption de la certification à l'exportation. "C'est ce qui s'est passé avec la société laitière évoquée dans l'article du Standaard et cette mesure est bien plus pénalisante qu'une quelconque amende administrative", se défend l'Agence.

"Le dernier rapport sur la Belgique publié également par l'Office Alimentaire et Vétérinaire de la Commission il y a un mois ne fait même pas de recommandation à l'Agence après avoir vérifié ses procédures de contrôle, conclut le communiqué.

Nos partenaires