Matongé : retour au calme samedi peu avant minuit

11/12/11 à 10:26 - Mise à jour à 10:26

Source: Le Vif

Le calme régnait samedi peu avant minuit dans le quartier de Matongé à Ixelles, théâtre d'affrontements depuis lundi entre la police et des partisans du candidat d'opposition déclaré vaincu à l'élection présidentielle en RDC, Etienne Tshisekedi.

Matongé : retour au calme samedi peu avant minuit

© BELGA

La police, présente en force vers 19h00, avec plusieurs dizaines de policiers anti-émeute casqués et équipés de boucliers, de nombreux véhicules, dont une auto-pompe, pour surveiller un groupe de quelques dizaines de manifestants bruyants, avait quitté les lieux aux alentours de minuit.

Seules quelques camionnettes patrouillaient encore dans les environs de la chaussée de Wavre, alors que de petits groupes se déplaçaient dans le quartier, mais sans caractère apparent d'émeutiers, a constaté un journaliste sur place.

Plus tôt dans la soirée, une voiture a été incendiée. Mais il s'agissait, selon la police de la zone, d'un fait isolé. Deux arrestations administratives ont par ailleurs eu lieu sur le coup de 19h30 au cinéma UGC Toison d'Or.

Une semaine d'agitations

Ce quartier d'Ixelles, habité par une importante communauté d'origine africaine, a connu depuis lundi de sérieux incidents (voitures incendiées, jets de projectiles sur la police, échevin molesté) causés par des partisans de M. Tshisekedi, hostiles au président sortant Joseph Kabila, qui a été désigné vendredi vainqueur de la présidentielle. Mais M. Tshisekedi s'est immédiatement proclamé "président élu" et rejeté les résultats officiels du scrutin.

Vendredi soir encore, une manifestation des pro-Tshisekedi avait dégénéré à Matongé après l'annonce de la réélection de M. Kabila, en dépit des interdictions prononcés par les autorités. Plusieurs véhicules avaient été incendiés et deux personnes suspectées d'avoir lancé des cocktails Molotov été interpellées, tandis que près de 200 autres manifestants avaient été emmenés pour des contrôles d'identité.

Mardi, la police avait procédé à 262 interpellations après des échauffourées avec les forces de l'ordre et à des actes de vandalisme visant des véhicules particuliers et des commerces.

Levif.be, avec Belga

En savoir plus sur:

Nos partenaires