Mathot - Le procureur De Valkeneer juge la société moins bien défendue que les parlementaires

22/03/16 à 08:26 - Mise à jour à 08:26

Source: Belga

(Belga) Le procureur général de Liège Christian De Valkeneer a déploré mardi l'absence de débat contradictoire dans l'examen d'une demande de levée d'immunité parlementaire et juge dès lors la partie publique moins bien défendue que les parlementaires.

Mathot - Le procureur De Valkeneer juge la société moins bien défendue que les parlementaires

Mathot - Le procureur De Valkeneer juge la société moins bien défendue que les parlementaires © BELGA

Les fortes critiques émises par la commission des poursuites de la Chambre contre la demande de lever l'immunité parlementaire d'Alain Mathot relèvent du "mauvais procès", a affirmé M. De Valkeneer, interrogé sur La Première (RTBF). Cette commission a voté par 5 voix contre 2 le maintien de l'immunité de M. Mathot (PS), inculpé notamment de corruption dans l'attribution du marché pour l'incinérateur d'Intradel à Herstal. Elle a pointé du doigt une enquête menée essentiellement à charge et des actes de procédure survenus à plusieurs moments clés de la vie politique. "Cela entretient l'idée que la Justice organise de grands complots. Or dans ce genre de dossier, (la Justice) a toujours tout faux: si l'on s'abstient de poser un acte en période électorale, on sera considéré comme protecteurs d'un parti", a commenté M. De Valkeneer sur La Première. Concernant les fuites du dossier dans la presse, il a appelé à respecter la présomption d'innocence de la Justice, d'autant qu'à ses yeux ces fuites ne sont pas à l'avantage de cette dernière. Il juge que la protection des sources journalistiques, qu'il ne conteste pas, crée de facto une immunité pour des personnes qui violeraient le secret professionnel. Le vrai problème à ses yeux se situe dans l'aspect non contradictoire de la procédure en commission des poursuites. Dès lors que les députés optent pour un contrôle approfondi, "le minimum est que nous puissions répondre à certains arguments". "Il faut une égalité des armes. Aujourd'hui, la partie publique, c'est-à-dire la société, est moins bien défendue que les parlementaires". La Chambre doit encore se prononcer en plénière sur la demande de levée d'immunité parlementaire d'Alain Mathot. (Belga)

Nos partenaires