Marouan El Bali n'était pas armé lors de son arrivée à Verviers le 15 janvier 2015

12/05/16 à 18:18 - Mise à jour à 18:18

Source: Belga

(Belga) Le prévenu Marouan El Bali a déclaré, jeudi après-midi, devant le tribunal correctionnel de Bruxelles, qu'il n'était pas armé lorsqu'il se trouvait dans l'appartement de la rue de la Colline à Verviers. L'arrivée par voiture de celui-ci, qui était sur écoute, avait déclenché l'assaut des unités spéciales de la police fédérale. Pensant tout d'abord que le jeune homme de 27 ans arriverait en train, la police avait déployé d'importants moyens pour fouiller les gares des environs.

Marouan El Bali a affirmé qu'il n'était pas porteur d'une arme et qu'il n'avait vu qu'une seule kalachnikov dans l'appartement de Verviers. Cette arme lui avait été braquée sur la tête lorsqu'il était arrivé à la porte par un des deux occupants, Khalid Ben Larbi et Soufiane Amghar, les deux suspects abattus. Ce jour-là, le 15 janvier 2015, la police s'attendait, suivant les dernières écoutes téléphoniques, à ce que Marouan El Bali se rende à Verviers. Quatre heures avant l'assaut, celui-ci prévient ses hôtes que s'il se rend à Verviers ce sera par train et non en voiture. Toutefois, à 16h22, il les informe qu'il est route dans une voiture conduite par un certain Samir E.Y. dont le nom est cité à plusieurs reprises dans le dossier. Ce dernier ne figure cependant pas sur le banc des prévenus. Arrivé peu après 17h00 à l'appartement, Marouan El Bali a évoqué l'achat d'une arme à feu à 1.200 euros. "C'est une M16 alors que j'ai?", a-t-il dit aux occupants, alors que ceux-ci lui faisaient comprendre que ce n'était pas une kalachnikov. "Ça transperce?", entend-t-on dans la conversation. "Sur leurs casques ça peut faire ricochet". (Belga)

Nos partenaires