Maroc: le cabinet royal déplore les propos "dangereux" d'un ministre

13/09/16 à 23:57 - Mise à jour à 23:57

Source: Belga

(Belga) Le cabinet du roi du Maroc a dénoncé mardi les propos "dangereux" et "irresponsables" d'un ministre du gouvernement de coalition qui avait vivement critiqué un proche conseiller du souverain Mohammed VI.

Maroc: le cabinet royal déplore les propos "dangereux" d'un ministre

Maroc: le cabinet royal déplore les propos "dangereux" d'un ministre © BELGA

Selon un communiqué du cabinet royal publié mardi soir, le ministre de l'Habitat, Nabil Benabdellah, s'en est pris récemment dans les colonnes d'un hebdomadaire local au fondateur du Parti authenticité et modernité (PAM, opposition), Fouad Ali El Himma, "qui incarne l'autoritarisme". M. El Himma, ami intime du souverain, est membre depuis 2011 du cabinet royal, et souvent décrit localement comme très influent au sein de ce cabinet et au Maroc en général. Il avait fondé le PAM en 2008, parti libéral aujourd'hui principal rival politique des islamistes du PJD, à la tête du gouvernement de coalition depuis 2011. La déclaration de M. Benabdellah, qui "intervient après d'autres déclarations tout aussi irresponsables, n'est qu'un outil de diversion politique en période électorale", à trois semaines des législatives du 7 octobre, a réagi le cabinet royal. Cette période électorale requiert pourtant de "s'abstenir d'utiliser des concepts qui portent atteinte à la réputation de la patrie et à l'intégrité et la crédibilité des institutions (...), déplore le communiqué. Ces déclarations sont "en contradiction avec les dispositions de la Constitution et les lois qui encadrent la relation entre l'Institution monarchique et toutes les institutions(...)", souligne le texte. Le cabinet royal dénonce en particulier le "caractère dangereux" de ces propos, d'autant plus qu'ils "émanent d'un membre du gouvernement et que la personne visée occupe actuellement la fonction de conseiller" du souverain et "n'a plus aucune relation avec l'action partisane", selon le communiqué. Alors que les législatives s'annoncent comme un duel serré entre le PJD et le PAM, l'avant-campagne a été marquée par un climat de tensions et d'accusations réciproques. (Belga)

Nos partenaires