Marion Lemesre (MR) ne se présentera plus aux prochaines élections à Bruxelles

18/12/17 à 11:36 - Mise à jour à 11:38

Source: Belga

(Belga) L'échevine MR des Affaires économiques de la Ville de Bruxelles Marion Lemesre (MR) ne se présentera plus aux élections de 2018 (communale) et 2019 (régionale et fédérale), a-t-elle annoncé lundi.

Conseillère communale depuis 1982, Mme Lemesre est un pilier de la vie politique locale à la Ville de Bruxelles. Elle y a également occupé la fonction d'échevine des Beaux-Arts, de la Jeunesse et du Tourisme de 1995 à 2001, et des Affaires Economiques depuis 2012. L'élue libérale siège également au parlement bruxellois depuis la naissance de la Région de Bruxelles-Capitale en 1989. D'après Mme Lemesre, sa décision est le fruit d'une "mûre réflexion abordée depuis un an, parce qu'il y a une vie après la vie politique". "A 65 ans en 2019, après 36 ans de Conseil communal et 30 ans de parlement, il me semble sage de passer la main aux jeunes. D'autant plus qu'à la Ville de Bruxelles, la relève est là", a commenté l'échevine libérale. Sans oublier les années passées dans l'opposition, Marion Lemesre retient notamment de son bilan à la Ville les forces qu'elle a mises de 1995 à 2001, en tant qu'échevine des Beaux-Arts, de la Jeunesse et du Tourisme, à construire "le socle stable et durable d'une nouvelle politique de la Culture" avec la mise en place d'outils performants comme les ASBL "Bellone-Brigittine", "Bruxelles-Expo-Musée", "Riches Claires", "Bruegel", "Citée Culture". Parmi ses bons souvenirs, il y a aussi la création du théâtre des jeunes "la Montagne Magique" avec Roger Deldime. L'échevine MR a également mis en avant la mise en place, depuis 2012, d'une nouvelle politique du commerce qui était jusque-là inexistante à la Ville, notamment en construisant une administration spécifique à ce secteur, et en dotant la Ville d'un Schéma de Développement commercial. Au parlement bruxellois, Mme Lemesre s'est notamment battue durant dix ans pour la création d'un fond d'aide à la production audiovisuelle, qui a vu le jour sous le nom de Screen.Brussels, et plus récemment pour que les commerçants victimes des nuisances de chantiers aient le droit à une indemnisation. Un regret: l'émiettement du pouvoir en Belgique qui fait qu'il est difficile d'y porter de grands projets. Cette situation rend les institutions politiques "illisibles" et crée "une confusion des responsabilités". Mme Lemesre a enfin précisé qu'elle soutiendrait Alain Courtois et ses co-listiers durant la campagne électorale des communales. (Belga)

Nos partenaires