Marcourt "troublé" par les sanctions envers Eddy Caekelberghs

31/01/18 à 16:33 - Mise à jour à 16:35

Source: Belga

(Belga) Le ministre en charge des Médias en Fédération Wallonie-Bruxelles Jean-Claude Marcourt (PS) s'est dit "troublé" mercredi suite aux sanctions prises envers le journaliste de la RTBF Eddy Caekelberghs, après la publication la semaine dernière d'un de ses courriels.

Interrogé lors de la plénière du Parlement mercredi après-midi, M. Marcourt a jugé que c'est la "révélation d'un mail privé", davantage que son contenu, qui "génère le problème" actuel. "Il n'y a pas eu d'expression publique de M. Caekelberghs, mais un échange avec quelqu'un", a souligné le ministre qui s'est étonné devant les députés que cette correspondance privée ait été publiée par un média, une attitude qui relève du Conseil de déontologie journalistique, selon lui. "Il s'agit de l'utilisation méchante d'un mail privé pour nuire à une personne, même si je pense qu'il eut été préférable qu'il ne le fasse pas (envoyer ce courriel, ndlr)", a-t-il commenté, dénonçant au passage une "chasse à l'homme" envers le journaliste. M. Marcourt s'est dit "troublé" que celui-ci ait pu être sanctionné. La semaine dernière, la direction de la RTBF a décidé de suspendre provisoirement M. Caekelberghs de l'antenne après la polémique provoquée par la publication dans la presse d'un courriel envoyé au départ de sa boîte personnelle où il critiquait la politique du gouvernement fédéral en matière de migration. Adressé à deux hauts membres de la laïcité belge et à un ancien secrétaire général du PS, le message suggérait aussi d'exploiter une ancienne interview télévisée de l'ancien ministre des Affaires étrangères, Louis Michel. Le père du Premier ministre actuel s'y déclarait favorable au droit des être humains à la mobilité et la migration. Le président du MR, Olivier Chastel, s'était dit sidéré de l'attitude du journaliste et avait directement pris contact avec la direction de la radio-télévision de service public pour se plaindre d'une attitude qui, selon lui, portait atteinte à l'indépendance et la neutralité de la RTBF. Mercredi, en séance plénière, le PS, mais aussi Ecolo, ont critiqué les pressions politiques ainsi exercées par le MR sur la radio-télévision publique dans cette affaire, alors que les réformateurs sont les premiers à reprocher à la RTBF d'être sous l'influence d'interventions politiques, ont-ils souligné. (Belga)

Nos partenaires