Marcourt doute de la praticabilité d'une loi anti-"fake news" comme proposée par Macron

16/01/18 à 18:56 - Mise à jour à 18:58

Source: Belga

(Belga) Le ministre en charge des Médias en Fédération Wallonie-Bruxelles, Jean-Claude Marcourt, a mis en doute mardi l'utilité et la praticabilité d'une législation anti-"fake news", comme promise récemment par le président français Emmanuel Macron.

"A priori, il semble risqué et simpliste de considérer qu'une interdiction légale pure et simple soit la meilleure façon d'éradiquer ce phénomène", a commenté mardi le ministre, interrogé en commission du Parlement de la Fédération. "L'initiative française est intéressante, mais l'opportunité et la faisabilité restent à démontrer vu les critiques qu'elle appelle, notamment en termes de définition de l'information fausse, d'organes compétents et d'éventuelles compétences extraterritoriales", a pointé le ministre socialiste. "Ajouter une couche législative supplémentaire, épineuse à appliquer, ne réglera pas forcément le problème", a commenté M. Marcourt en réponse à une question d'Olivier Maroy (MR). Pour le ministre, la solution à ce phénomène passe d'abord par une réflexion de fond et un travail commun entre les médias, les journalistes, les publics et les instances compétentes. Et celle-ci ne sera efficace que si elle organise au niveau supranational et européen. M. Marcourt a à cet égard salué l'initiative prise en novembre dernier par la Commission européenne qui a décidé de prendre ce sujet à bras-le-corps. Il a plaidé pour que la Belgique (et ses entités fédérées) puisse adopter une position commune dans le débat européen qui se profile à l'horizon. Pour ce qui relève directement des compétences de la Communauté, le ministre des Médias francophone a dit mardi être sur la même ligne que son homologue flamand, à savoir le soutien au respect de la déontologie journalistique par les professionnels, ainsi qu'un effort d'éducation aux médias auprès des jeunes. (Belga)

Nos partenaires