Manifestation pour les pensions: forte mobilisation, les transports en commun perturbés

16/05/18 à 06:33 - Mise à jour à 07:34

Source: Belga

Les syndicats se mettront en ordre de marche à partir de 11h00 mercredi à Bruxelles dans le cadre de la manifestation nationale pour les pensions, afin de protester contre les réformes prévues par le gouvernement du libéral Charles Michel.

Manifestation pour les pensions: forte mobilisation, les transports en commun perturbés

Manifestation du 19 décembre dernier. © GEERT VANDEN WIJNGAERT/ISOPIX

Les services de la Stib étaient perturbés mercredi matin en raison de la manifestation nationale pour les pensions. Seules deux lignes de métro étaient en service vers 6 heures, pour sept lignes de trams et 7 autres de bus, indiquait la société de transport en commun bruxelloise sur son compte twitter.

Les trains devaient eux rouler normalement mercredi, plusieurs convois supplémentaires ayant même été préparés pour acheminer les manifestants vers Bruxelles où un rassemblement est attendu vers 10 heures gare du Nord.

Les services du TEC et de De Lijn fortement perturbés

Les services de transport des sociétés régionales De Lijn et TEC étaient largement perturbés mercredi matin en raison de la manifestation nationale pour les pensions.

Vers 7 heures, le réseau du TEC Liège-Verviers était très chahuté avec environ 30% des services assurés. Au TEC Hainaut, les régions du Centre et du Borinage étaient les plus problématiques avec entre 20 et 40% des services prestés. Le taux grimpait à 50% à Mons et à 60% dans le Hainaut occidental.

Dans le Brabant wallon, deux tiers des lignes étaient assurées.

A Charleroi, les quatre dépôts de bus étaient fortement touchés avec à peine 10% des bus sur les routes.

Au nord du pays, la circulation des véhicules De Lijn était problématique tant en villes que sur les lignes régionales. Afin de desservir au mieux les tronçons importants, la société flamande testait mercredi un système demandant aux chauffeurs volontaires d'effectuer avant tout les trajets prioritaires.

Forte mobilisation attendue à Bruxelles

Le 19 décembre, les syndicats s'étaient déjà mobilisés dans cette optique. Il y avait alors eu 25.000 manifestants dans les rues de la capitale, selon la police. Les syndicats ne formulent pas de pronostics sur la présence dans les rues mercredi, mais affirment que la mobilisation est bien suivie.

L'élan ce mercredi prend un véritable connotation nationale, ce qui diffère du premier mouvement de décembre. Les trois syndicats ont par exemple distribué ensemble un million de "gazettes" fournissant des informations sur la réforme en question.

Fin 2017, l'accent avait davantage été mis sur des actions régionales de moindre envergure, mais suite à la pression de la base le mouvement avait eu une force de frappe nationale.

L'objectif reste bien le même: CGLSB, FGTB et CSC déplorent l'amateurisme du gouvernement au sujet des pensions. L'inquiétude des syndicats porte principalement sur le débat relatif à l'introduction de la pension à points, souligne le porte-parole du syndicat chrétien ACV (pendant flamand de la CSC), David Vanbellinghen. Il évoque l'incertitude que le système suggère pour les employés, "or c'est vraiment la dernière chose que l'on souhaite lorsqu'on est plus âgé".

"Cette manifestation sera réussie si le gouvernement finit par discuter dans le calme en concertation avec les partenaires sociaux", commente encore le porte-parole.

Le rassemblement des syndicats aura lieu dès 10h00 à la gare du Nord de Bruxelles, pour que le cortège se mette en branle à 11h00 en direction du centre de la capitale. Il devrait atteindre sa destination finale à la gare du Midi vers 14h00.

La police de Bruxelles Capitale Ixelles prévoit des problèmes de circulation dans et autour du centre-ville et recommande dès lors "avec insistance" d'éviter la capitale en voiture et de privilégier les transports en commun.

Les trains devaient circuler normalement car les cheminots ne participent pas à la manifestation. L'offre de trains a même été renforcée à la demande de syndicats, si bien que huit trains supplémentaires seront mis en service vers Bruxelles, mercredi. Les manifestants pourront aussi bénéficier d'un ticket spécial "évènement", moins cher qu'un billet classique, a annoncé la SNCB.

En revanche, les services de transports en commun devraient connaitre des perturbations, car des membres du personnel de la Stib et De Lijn participeront à la manifestation.

La distribution du courrier devrait aussi être perturbée, mais à des degrés divers selon les régions, a informé bpost.

Enfin, la manifestation aura aussi des conséquences pour l'enseignement, car 5.000 à 10.000 professeurs, tant du nord que du sud du pays, seront dans les rues de Bruxelles mercredi, selon une estimation de la CSC-Enseignement flamande (COC). "Il y a beaucoup d'enthousiasme pour aller manifester", avait indiqué lundi Koen Van Kerkhoven, au nom du syndicat.

Huit trains supplémentaires et un ticket spécial pour les manifestants

Huit trains supplémentaires seront mis en service vers Bruxelles mercredi en raison de la manifestation pour les pensions des syndicats, indiquait la SNCB lundi. Les manifestants pourront aussi bénéficier d'un ticket spécial "évènement", moins cher qu'un billet classique. Les cheminots ne participeront donc pas à la manifestation, souligne mardi le syndicat socialiste.

L'offre de trains a été renforcée à la demande de syndicats, précise la SNCB. Ces huit trains supplémentaires rouleront en dehors des heures de pointe et quitteront Liège, La Louvière, Mouscron, Anvers et Ostende. Les syndicats se réunissent à 10h00 à la gare du Nord d'où la manifestation partira dès 11h00.

Bien qu'ils aient "toutes les raisons de se mobiliser contre la réforme des pensions", les cheminots ne participeront pas à la manifestation, souligne mardi le syndicat socialiste dans un communiqué. "Le personnel roulant sera à son poste pour conduire les manifestants à Bruxelles, ce qui est une autre manière de se mobiliser. Nous avons décidé de ne pas déposer de préavis de grève. L'ensemble du personnel de la SNCB sera donc au travail", affirme le délégué CGSP Michel Anciaux.

En savoir plus sur:

Nos partenaires