Manifestation nationale - Le cortège s'est élancé sur le boulevard Botanique

29/09/16 à 11:56 - Mise à jour à 11:58

Source: Belga

(Belga) Des milliers de manifestants se sont élancés jeudi vers 11h45 sur le boulevard Botanique à Bruxelles. Aux sons des pétards, sifflets et klaxons, ils protestent contre les mesures prises et envisagées par le gouvernement Michel, à l'occasion des deux ans de la Suédoise.

Manifestation nationale - Le cortège s'est élancé sur le boulevard Botanique

Manifestation nationale - Le cortège s'est élancé sur le boulevard Botanique © BELGA

Enseignants, employés, cheminots, travailleurs du service public, mutualités... Tous ont répondu à l'appel du front commun syndical (FGTB, CSC, CGSLB) pour "fêter" les deux ans du gouvernement Michel. Ils sont venus faire entendre leur désaccord avec les mesures prises par le gouvernement. Les coupes effectuées ou envisagées dans les soins de santé ne passent notamment pas auprès des manifestants. "Alors que c'est le gouvernement qui crée le trou financier dans la Sécurité sociale. Il va toujours chercher l'argent dans les soins de santé mais en baissant les impôts, il ne la finance plus non plus", s'exclame Alain Paulauskas, syndicaliste CNE (CSC) dans le secteur alimentaire. Alain Franken, qui travaille pour la mutualité Solidaris à Mons, dénonce aussi les mesures concernant les soins de santé. "C'était important de venir pour notre avenir et l'avenir de nos affiliés", explique-t-il. Il s'insurge également contre le recul de l'âge de la pension, fixé dorénavant à 67 ans. "C'est aberrant alors qu'il y a tant de jeunes qui cherchent un emploi." Présents en nombre, les travailleurs de l'usine Caterpillar à Gosselies (Charleroi) sont également venus crier leur colère. "La dignité passe par un emploi, Caterpillar est à nous!" ou "Nos emplois contre leurs dividendes. Saisie sur Caterpillar!", peut-on lire sur leurs pancartes. "La fermeture de l'usine est en partie de la faute du gouvernement qui fait des cadeaux aux patrons et fait toujours payer les pots cassés aux travailleurs", s'indigne l'un deux. "On a versé 1,4 milliard de dividendes aux actionnaires de Caterpillar mais quand les travailleurs demandent un petit quelque chose, on ne leur donne rien." Le 2 septembre dernier, la direction du groupe américain annonçait son intention de fermer son usine située à Gosselies, menaçant ainsi plus de 2.000 emplois. (Belga)

Nos partenaires