Live Manifestation nationale : la quasi totalité du parcours rouverte à la circulation

07/10/15 à 10:07 - Mise à jour à 16:04

Après la dislocation de la manifestation nationale qui a rassemblé 80.000 personnes selon la police et 100.000 personnes selon les syndicats, la quasi totalité du parcours est rouvert à la circulation.

Manifestation nationale : la quasi totalité du parcours rouverte à la circulation

© Belga

  • La quasi totalité du parcours rouverte à la circulation

    Après la dislocation de la manifestation nationale menée en front commun syndical et qui a rassemblé 80.000 personnes selon la police et 100.000 personnes selon les syndicats, la quasi totalité du parcours est rouvert à la circulation, indique la zone de police Bruxelles-Ixelles sur son compte Twitter. Selon Touring Mobilis, le circulation est très compliquée au abords de la gare du Midi à Bruxelles.

    L'ensemble des boulevards et rues situées sur le parcours de la manifestation nationale ont été progressivement rouvertes à la circulation, indique la zone de police Bruxelles-Ixelles. Seul le boulevard Lemonnier n'est que partiellement rouvert, ajoute la police qui conseille aux automobilistes d'éviter les environs de la gare du Midi.

    En ce qui concerne les transports en commun, les lignes de métro de la Stib circulent à Bruxelles, selon un nouveau point de la situation effectué à 15h45 par la société bruxelloise de transports. Onze lignes de tram et huit lignes de bus sont opérationnelles. La gare du Midi est à nouveau desservie depuis 15h06, précise encore la Stib.

    Le réseau TEC reste fortement perturbé tandis que le trafic ferroviaire est normal.

  • "Manifestation d'arrière-garde"

    Pour le Syndicat des Indépendants et des PME (SDI), la "culture protestataire qui se manifeste aujourd'hui par une manifestation d'arrière-garde n'a que très peu de chances de voir aboutir à des réformes. D'une part, parce que les manifestations ne parviennent plus à imposer les syndicats comme des relais incontournables dans la discussion entre les dirigeants et les acteurs impliqués dans l'action. L'urgence des réformes fait de plus en plus souvent passer la concertation sociale au second plan. Des exemples récents sont nombreux pour attester l'impuissance des manifestations à amender les réformes.

    Par ailleurs, ce combat d'arrière-garde intervient à un moment où les dés sont jetés et où l'espoir est mince de voir nos dirigeants faire machine arrière sur des réformes déjà bien avancées ".

  • Des échauffourées à Bruxelles-Midi, la police contrôle la situation

    Des échauffourées ont éclaté mercredi après-midi aux alentours de la gare de Bruxelles-Midi, à l'issue de la manifestation nationale. Après plusieurs tentatives, les forces de l'ordre sont parvenues à encercler une centaine de fauteurs de trouble à hauteur de l'esplanade où les leaders syndicaux avaient prononcé leurs discours. La police a procédé à plusieurs interpellations, a constaté l'agence Belga, leur nombre exact n'étant pas connu à ce stade. La gare de Bruxelles-Midi n'est temporairement plus desservie par la Stib, a pour sa part indiqué la société bruxelloise de transports sur son compte Twitter. La grande majorité des manifestants ont déjà quitté les lieux.

  • Echauffourrées à Bruxelles-Midi

    Des échauffourées ont éclaté mercredi après-midi aux alentours de la gare de Bruxelles-Midi, à l'issue de la manifestation nationale qui a rassemblé 80.000 personnes selon la police et 100.000 personnes selon les syndicats. La police a dû utiliser à plusieurs reprises les auto-pompes et du gaz lacrymogène, a constaté l'agence Belga sur place.

    Selon plusieurs sources, quelque 200 manifestants anarchistes, habillés en noir et encagoulés, sont à l'origine de ces incidents et lancent des pavés en direction des policiers à hauteur du boulevard du Midi à Bruxelles. Au moins un membre des forces de l'ordre a été blessé à la tête, a-t-on appris à bonne source. Trois personnes auraient été arrêtées.

    La gare de Bruxelles-Midi n'est temporairement plus desservie par la Stib, a indiqué la société bruxelloise de transports sur son compte Twitter.

    Des débordements similaires étaient survenus au même endroit lors de la précédente manifestation nationale, le 6 novembre 2014.

  • Le temps des discours

    Le cortège est arrivé aux alentours de 13h00 à son point d'arrivée à la gare du Midi, où sont attendus les discours des leaders syndicaux.

  • 80.000 selon la police, 100.000 selon le front commun syndical

    Plus de 80.000 personnes manifestent mercredi dans les rues de Bruxelles, selon un premier décompte de la police donné par Christian De Coninck, porte-parole de la police de la zone de Bruxelles Capitale-Ixelles. .

    Le front commun syndical, organisateur de la manifestation, annonce pour sa part le chiffre de 100.000 manifestants.

    Au départ de la manifestation à 11h30, la foule s'étendait de la gare du Nord à Bruxelles jusqu'au boulevard Pachéco, a constaté l'agence Belga sur place. Le cortège est arrivé aux alentours de 13h00 à son point d'arrivée à la gare du Midi, où sont attendus les discours des leaders syndicaux.

    .

    . © Belga

  • Le réseau De Lijn fortement perturbé en Flandre

    De très nombreux bus et trams de la compagnie De Lijn sont restés au dépôt mercredi matin en raison de la manifestation nationale.

    A Anvers et à Gand, la circulation des trams est très perturbée. En Brabant flamand, deux tiers des chauffeurs ont pris leur service, mais les lignes à destination de Bruxelles sont fortement perturbées, l'aéroport de Zaventem et la ville de Louvain étant mieux desservis.

  • Gare centrale partiellement fermée

  • Des dockers d'Anvers et de Gand repoussés par les forces de l'ordre

    Sur le boulevard du Jardin Botanique, entre 150 et 200 dockers des ports de Gand et d'Anvers ont tenté de rejoindre la rue royale, où ils ont été repoussé par les forces de l'ordre.

  • SNCB : Treize trains spéciaux et une dizaine de trains surchargés en Flandre

    La SNCB a finalement mobilisé 13 trains supplémentaires mercredi matin pour acheminer les manifestants à Bruxelles, où se déroule une manifestation nationale menée en front commun syndical, a indiqué la porte-parole de la compagnie ferroviaire Nathalie Piérard. Une dizaine de trains ont également été surchargés en Flandre, a pour sa part indiqué le porte-parole Bart Crols.

    "L'acheminement des manifestants s'est déroulé sans encombres", a commenté Nathalie Piérard, ajoutant qu'aucune compression de la foule n'a été constatée en gare de Bruxelles-Nord. "A Liège et à Charleroi, tout s'est déroulé dans le calme", a-t-elle ajouté. En Flandre, une dizaine de trains ont été surchargés, essentiellement au départ de La Panne, Turnhout et Tongres, a ajouté Bart Crols. Aucun train supplémentaire n'est prévu à l'issue de la manifestation. Un billet spécial était mis en vente à cette occasion.

  • Des manifestants du boulevard Pachéco jusqu'à la gare du Nord

    Le départ de la manifestation nationale menée en front commun syndical a été donné mercredi à 11h30, la foule de manifestants s'étend de la gare du Nord à Bruxelles jusqu'au boulevard Pachéco, a constaté l'agence Belga sur place.

    Aucun chiffre sur le nombre de manifestants n'a encore été divulgué par les organisateurs ni par la police. Dans le cortège, on retrouve une très grande majorité de militants syndicaux vêtus de vert, de rouge ou de bleu. Parmi les slogans affichés, on peut notamment lire "Non au tax shift, oui à l'emploi" ou encore "Je suis Tanguy", de la part de jeunes sans emploi contraints de vivre chez leurs parents.

Nos partenaires