Manifestation nationale: 80.000 personnes dans les rues de Bruxelles et vingt-cinq interpellations

07/10/15 à 18:59 - Mise à jour à 19:17

Source: Belga

Quelque 80.000 personnes ont manifesté mercredi dans les rues de Bruxelles, selon les chiffres de la police de Bruxelles-capitale/Ixelles. Le front commun syndical, organisateur de la manifestation, a annoncé pour sa part le chiffre de 100.000 manifestants.

Manifestation nationale: 80.000 personnes dans les rues de Bruxelles et vingt-cinq interpellations

© BELGA

L'événement s'est déroulé sans heurt, excepté en fin de cortège, aux abords de la Gare du Midi, où des échauffourées ont eu lieu, occasionnant l'interpellation de vint-cinq fauteurs de trouble.

Les manifestants sont partis vers 11h30 de la Gare du Nord pour rejoindre la Gare du Midi, en contournant le piétonnier par les boulevards Pachéco et de l'Empereur.

En début de manifestation, sur le boulevard du Jardin Botanique, entre 150 et 200 dockers des ports de Gand et d'Anvers ont tenté de rejoindre la rue Royale mais ont été repoussés par les forces de l'ordre.

La marche s'est ensuite déroulée sans incident jusqu'à l'arrivée, vers 13h00, des représentants syndicaux à la Gare du Midi. Dans leur discours, les secrétaires généraux et présidents de la FGTB, de la CSC et de la CGSLB ont fustigé de concert un gouvernement "antisocial" et un patronat "arrogant". Leur message n'avait que très peu changé par rapport à l'année dernière, exigeant un tax shift qui fasse également payer les riches, de mettre un terme à l'austérité et de protéger la sécurité sociale. Marc Goblet, secrétaire général de la FGTB, a prévenu que l'action d'aujourd'hui n'était pas une fin mais bien un début, en annonçant d'autres à venir jusqu'en décembre dans toutes les provinces du pays.

Vers 14h00, des échauffourées ont éclaté à une trentaine de mètres de là. La police fait état d'un groupe d'appartenance anarchiste, infiltré dans le cortège auparavant, qui a commencé à causer des troubles, en lançant des panneaux de circulation en direction des forces de l'ordre. A l'aide d'autopompes et de gaz lacrymogènes, les individus ont été encerclés par les policiers et le groupe a pu être disloqué après 15h00. Vingt-quatre personnes ont été interpellées pour des faits de vandalisme, coups et blessures et rébellion, selon les derniers chiffres du parquet de Bruxelles. Des débordements similaires étaient survenus au même endroit lors de la précédente manifestation nationale, le 6 novembre 2014.

La police compte quatre blessés légers dans ses rangs tandis qu'au sein des manifestants, ils seraient huit, selon le communiqué. La Croix-Rouge a néanmoins indiqué à l'agence Belga que six personnes avaient été emmenées en ambulance et que dix autres avaient bénéficié de soins sur place.

Le front commun syndical FGTB, CSC, CGSLB, avait choisi comme slogan pour la manifestation nationale "Rien que des miettes pour nous". Il entendait de cette manière "fêter" le premier anniversaire du gouvernement Michel, le 11 octobre prochain.

Les réseaux de transports en commun ont été fortement perturbés dans tout le pays.

Nos partenaires