Manifestation du non-marchand - "Pas un euro pour un accord social" en Fédération Wallonie-Bruxelles

24/11/16 à 12:49 - Mise à jour à 12:52

Source: Belga

(Belga) "Le gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles est dans la même logique que le fédéral. Il promet l'établissement d'un calendrier de discussions, mais aucun budget n'est prévu", a indiqué Christian Masai, secrétaire fédéral Setca, à l'issue d'une entrevue avec les membres du gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles, place Surlet de Chokier à Bruxelles. Celle-ci s'est déroulée en marge de la manifestation du secteur non-marchand qui rassemble, selon la police, 17.000 personnes.

"La seule bonne nouvelle, c'est que l'ensemble des membres du gouvernement étaient présents, à l'exception du ministre-président Rudy Demotte en voyage en Tunisie", a indiqué pour sa part Patricia Piette, secrétaire nationale permanente CNE, devant les manifestants. "Ils disent trouver nos revendications légitimes, mais pas davantage qu'il y a six mois. Il nous ont ressorti mot pour mot le même discours qu'à l'époque. Ils promettent une évaluation budgétaire pour le premier trimestre de l'année 2017. Ils avaient déjà dit la même chose pour 2016. Conclusion: ils ne proposent rien pour améliorer nos conditions de travail. C'est inadmissible." Pour Christian Masai, "le gouvernement francophone s'est engagé à établir un calendrier serré de discussions. Mais il n'y a pas un euro pour conclure un accord social. Ils affirment vouloir venir au premier trimestre 2017 avec une évaluation précise des besoins du secteur. Très bien. Mais on peut déjà avancer dès à présent et aboutir progressivement à l'harmonisation salariale." En Fédération Wallonie-Bruxelles, le non-marchand représente quelque 25.000 travailleurs, selon une estimation de la CNE. Ceux-ci sont principalement occupés dans les secteurs de l'aide à la jeunesse (8.000), le socio-culturel (8.000) et l'accueil de l'enfance et de la petit enfance (7.600). (Belga)

Nos partenaires