Manifestation à Bucarest après le blocage des poursuites contre un ex-ministre

23/09/16 à 02:25 - Mise à jour à 02:27

Source: Belga

(Belga) Environ 2.000 personnes ont manifesté jeudi soir à Bucarest après le refus lundi du Sénat roumain de lever l'immunité d'un ancien ministre de l'Intérieur accusé d'"homicide involontaire", décision qui bloque une enquête du Parquet anticorruption (DNA).

Les manifestants ont paralysé temporairement le trafic devant le siège du Sénat, brandissant des pancartes comme "La corruption tue" et criant "Honte à vous!". Le DNA avait ouvert une enquête en octobre après la mort d'un motard de la police qui escortait l'ancien ministre Gabriel Oprea, alors que le cortège roulait à une vitesse excessive. Les procureurs accusent l'ex-ministre d'avoir utilisé des escortes policières de manière abusive et bénéficié en outre d'un véhicule haut de gamme acheté par son ministère en violation de la loi. "Les élus ne peuvent pas agir comme ils le souhaitent, mais selon le mandat donné par les électeurs. Ils ne doivent pas se défendre entre eux, ils doivent créer des lois pour que ce pays puisse avancer", a déclaré à l'AFP Gabriel Patilea, un jeune manifestant. Quelques centaines de personnes ont aussi protesté jeudi soir dans d'autres villes à travers la Roumanie, selon les médias. M. Oprea, ministre dans le gouvernement social-démocrate au pouvoir jusqu'en novembre 2015, s'était déclaré innocent et avait exhorté le Sénat, dominé par les sociaux-démocrates, à rejeter la demande du DNA. Le vote de lundi a été critiqué par le président Klaus Iohannis et par l'ambassadeur américain en Roumanie Hans Klemm, qui a exprimé sa "déception" vis-à-vis de la décision du Sénat, soulignant que "personne ne devrait être au-dessus de la loi". Entrée dans l'UE en 2007, la Roumanie fait l'objet d'une stricte surveillance de Bruxelles en ce qui concerne la réforme de la justice et la lutte contre la corruption. Dans ses rapports annuels, la Commission a critiqué le Parlement de Bucarest pour son refus de lever l'immunité de plusieurs élus visés par des enquêtes du DNA. (Belga)

Nos partenaires