Malgré le crash au Costa Rica, 2017 reste l'année la plus sûre pour le transport aérien

01/01/18 à 11:40 - Mise à jour à 11:42

Source: Belga

(Belga) Le nombre de victimes d'accidents aériens a augmenté in extremis en 2017, avec le crash d'un avion dimanche au Costa Rica ayant coûté la vie à 12 personnes. L'année 2017 n'en ressort pas moins comme l'année la plus sûre dans l'histoire du transport aérien.

L'organisme Aviation Safety Network (ASN), établi aux Pays-Bas, comptabilise désormais 10 accidents aériens mortels en 2017, pour un total de 79 victimes (44 dans les appareils accidentés et 35 au sol). L'année fraîchement terminée a été la plus sûre et de loin, au niveau du nombre de tués mais est à égalité avec 2015 pour ce qui concerne le nombre d'accidents. Cette année-là, 10 accidents aériens avaient entraîné la mort de 537 personnes. Un bilan considérablement alourdi par le crash du vol Germanwings dans les Alpes (150 morts) et l'explosion de l'avion de la compagnie russe Metrojet dans le désert du Sinaï (224 victimes). En 2016, on avait recensé 16 accidents mortels, dans lesquels 303 personnes avaient perdu la vie. Le faible nombre de victimes en 2017 s'explique notamment par le fait que les accidents ont touché des appareils cargo (5) ou de plus petits appareils passagers (5). L'accident le plus grave remonte au 16 janvier lorsqu'un Boeing 747 s'est écrasé au Kirghizstan. Quatre personnes étaient à bord de ce vol cargo qui a en outre fait 35 morts au sol. C'est ensuite le crash de ce dimanche au Costa Rica, qui a été le plus dramatique, avec 12 passagers tués. Les plus gros appareils de l'aviation civile n'ont plus connu d'accident mortel depuis plus d'un an (399 jours). Le dernier en date remonte au 28 novembre 2016, lorsqu'un vol charter de la compagnie bolivienne LaMia, en panne de carburant, s'était écrasé en montagne, dans les environs de Medellin en Colombie. Septante-et-une personnes avaient trouvé la mort, dont 19 membres de l'équipe de football brésilienne AF Chapecoense. Les données d'ASN portent sur l'aviation commerciale. Les 122 personnes décédées en juin lorsqu'un appareil s'est écrasé dans l'océan Indien n'entrent pas en ligne de compte car il s'agissait d'un engin chinois de la force aérienne birmane. (Belga)

Nos partenaires