Malaise chez les policiers : la justice doit sanctionner rapidement, selon Charles Picqué

07/08/12 à 13:30 - Mise à jour à 13:30

Source: Le Vif

Le ministre-président bruxellois, Charles Picqué, a condamné mardi les incidents survenus ces derniers jours lors de contrôles effectués par la police. Pour lui, un mauvais fonctionnement ou un manque de moyen de l'appareil répressif "conduit inévitablement à un sentiment d'impunité qui engendre une gradation dans la gravité des délits commis". La justice, ajoute-t-il, doit sanctionner rapidement ces actes de violence.

Malaise chez les policiers : la justice doit sanctionner rapidement, selon Charles Picqué

© Belga

La croissance des faits de violence envers les forces de l'ordre "traduit une opposition à l'exercice de l'autorité dès lors que celle-ci se montre proactive et s'acquitte ainsi d'une tâche essentielle pour la qualité de vie de nos quartiers et des citoyens qui y vivent", note M. Picqué (PS).

Cette situation le conforte dans sa conviction du nécessaire renforcement des forces de police à Bruxelles. Il rappelle à ce propos qu'une campagne de recrutement a d'ailleurs été lancée il y a quelques semaines en collaboration entre la Région bruxelloise et le ministère de l'Intérieur.

"Il est surtout indispensable que la justice sanctionne avec sévérité, rapidité et efficacité ces actes de violence contre des agents chargés de l'ordre public. Les auteurs de tels délits ne peuvent être relâchés sans être poursuivis", dit encore le ministre-président.

Milquet prépare un "plan global" avec la Justice

La vice-Première ministre et ministre de l'Intérieur et de l'Egalité des chances, Joëlle Milquet, a condamné avec la plus grande fermeté les récents incidents et annoncé un "plan global" pour y faire face, alors que le syndical SLFP (libéral) de la police a fait part de son intention de déposer un préavis de grève nationale.

"La lutte contre les violences commises à l'encontre des policiers, des membres des services de secours, des agents dépositaires de l'autorité ou de la force publique est une importante priorité", a assuré la ministre dans un communiqué, rappelant qu'elle le mentionnait déjà dans sa note de politique générale.

Joëlle Milquet (cdH) ajoute qu'elle entend concrétiser cette priorité en déposant un plan global pour renforcer autant la protection contre la violence que le respect des policiers.

Ces mesures, élaborées en concertation avec les syndicats et la ministre de la Justice, Annemie Turtelboom, consisteront par exemple en une adaptation du cadre légal pour que les sanctions, déjà plus élevées, soient effectivement exécutées, souligne le texte.

Pour Mme Milquet, les policiers ayant pour mission de faire respecter la loi et l'ordre public, "il est absolument nécessaire que les auteurs qui commettent des violences à leur encontre soient sévèrement punis et plus rapidement qu'actuellement". Il est essentiel que la justice joue pleinement son rôle en la matière, qui est l'une des meilleures manières de combattre la violence et le sentiment d'impunité.

Cette mise au point fait suite à de récents incidents dont ont été victimes plusieurs policiers, la nuit dernière encore à Anderlecht, ou ces derniers jours à Malines, Etterbeek, Vilvorde ou Londerzeel.

Le Vif.be, avec Belga

Nos partenaires