Maingain, un pont trop loin ?

30/06/11 à 11:08 - Mise à jour à 11:08

Source: Le Vif

MR au bord de la crise de nerfs, suite et pas fin. Olivier Maingain met le feu à la maison bleue. Et pas un peu. En vrai pyromane, le président du FDF carbonise pour de bon Bart de Wever et la N-VA : "parti national-populiste, danger pour la démocratie, propos négationnistes". Et il ne lâche pas sa proie, comme sourd aux appels au calme lancé par sa propre formation politique. Mais laquelle, au fond ?

Maingain, un pont trop loin ?

© Image Globe / NICOLAS MAETERLINCK

Le plus embarrassé pour répondre, c'est Charles Michel. Pour un début de présidence, le successeur de Didier Reynders déguste. Et c'est le remuant patron du FDF qui régale. Qui donne le tempo au MR en décrétant tout refus d'alliance privilégiée avec la N-VA. "Surtout, ne nous fâchons pas", réplique en substance le président du MR sur la défensive. Obligé de botter en touche pour donner raison au président du FDF... et par la même occasion à Bart De Wever : c'est Maingain "qui dirige le MR", en déduit non sans délectation le patron de la N-VA. Et d'appuyer là où ça fait mal : c'est qui le chef, au fond ? Au MR, certains soupçonnent un clan...

Reynders revanchard d'inciter un des leurs, Maingain, à pousser le nouveau président du parti dans ses retranchements. "Scinder le MR et le FDF serait une erreur politique", rétorque Charles Michel. Il se murmure qu'Olivier Maingain n'en serait plus aussi convaincu. Mais que tous au FDF ne seraient pas prêts à le suivre dans une aventure en solitaire. "Le MR n'est pas sorti de l'auberge", soupire un baron du parti.

P.Hx

En savoir plus sur:

Nos partenaires