Maingain refuse de rencontrer Lutgen tant que Milquet reste en place

20/06/17 à 17:59 - Mise à jour à 20:11

Source: Belga

Le président de DéFI Olivier Maingain refuse de répondre à l'invitation de son homologue du cdH Benoît Lugen "vu sa communication sans concertation".

Maingain refuse de rencontrer Lutgen tant que Milquet reste en place

Olivier Maingain, président de DéFI © BELGA/Thierry Roge

Olivier Maingain invite au préalable Benoît Lutgen à "nettoyer les écuries du cdH" après avoir appelé l'ensemble des partis politiques à se débarrasser des personnalités politiques citées dans des scandales. Il a notamment évoqué le nom de l'ex-présidente du cdH et ancienne ministre Joëlle Milquet.

Benoît Lutgen a invité cette semaine les présidents du MR, de DéFI et d'Ecolo pour des entretiens séparés. Il souhaite être à l'écoute au sujet d'une série de propositions relatives notamment à la gouvernance, au pacte pour un enseignement d'excellence, aux enjeux économiques, climatiques et sociaux.

Mardi midi, DéFI avait posé comme préalable à toute discussion que chaque parti fasse le ménage chez lui à propos des affaires. A la RTBF, il a notamment évoqué le nom de Joëlle Milquet qui avait quitté sa charge ministérielle après avoir été suspectée d'avoir embauché du personnel pour sa campagne électorale dans son cabinet.

"Lutgen n'est pas le maître des négociations. Par courtoisie j'avais accepté de le rencontrer demain sans ordre du jour précis", a réagi M. Maingain sur Twitter. "Vu sa communication sans concertation, il attendra. D'abord nettoyer les écuries du cdH", a-t-il précisé.

DéFI met le survol de Bruxelles sur la table et n'exclut pas d'avoir la main avec Ecolo

Mardi soir, le président de DéFI a mis le dossier du survol de Bruxelles dans le panier d'éventuelles discussions avec le MR si les réformateurs voulaient monter au gouvernement bruxellois. Il n'a pas exclu que DéFI ait la main avec Ecolo pour faire avancer les pourparlers.

Dans le dossier du survol aérien de Bruxelles, "le MR n'est nulle part, il n'a rien obtenu au fédéral", dit constater M. Maingain, interrogé sur le plateau de RTL-TVi. "S'il veut parler avec nous pour Bruxelles, il faut qu'il fasse fameusement bouger le dossier du scandale du survol abusif de Bruxelles", a-t-il ajouté.

L'exclusive portée par le cdH contre le PS a rendu le MR incontournable pour la constitution de majorités en Wallonie et en Fédération Wallonie-Bruxelles, mais pas à Bruxelles, où c'est DéFI qui endosse plutôt le rôle de parti-pivot.

Interrogé aux côtés de la co-présidente d'Ecolo Zakia Khattabi, Olivier Maingain a ajouté que sa formation et les Verts étaient "deux partis très éloignés des scandales et des affaires" et qu'ils apportaient "fraîcheur et renouveau."

"Si on veut donner le signal profond d'un changement, il est peut-être temps que ceux qui ont fait preuve d'une certaine intégrité et d'une déontologie volontaire puissent avoir réellement la main", a-t-il lancé.

Mme Khattabi a pour sa part répété qu'elle ne faisait pas de la gouvernance une question de gouvernement ni de casting ministériel. Son parti présentera ses propositions mercredi.

Nos partenaires

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience d'utilisateur. En continuant à surfer, vous acceptez notre politique de cookies. Plus d'infos