Maingain: les masques continuent de tomber sur les intentions profondes de Benoit Lutgen

03/09/17 à 13:51 - Mise à jour à 13:53

Source: Belga

(Belga) Le président de DéFI Olivier Maingain s'est montré une nouvelle fois très virulent dimanche à l'égard de son homologue du cdH Benoît Lutgen, à l'initiative du changement de majorité intervenu durant l'été en Wallonie, et d'une remise en cause, jusqu'ici demeurée sans résultat concret, des majorités à Bruxelles et en fédération Wallonie-Bruxelles.

Sur foi de propos tenus, selon M. Maingain, dimanche matin par le journaliste flamand Rik Van Cauwelaert sur le plateau de RTL-Tvi, le chef de file de la formation amarante a affirmé que les vice-premiers ministres flamands du gouvernement fédéral avaient été informés par le MR de l'intention du président du cdH, avant que celui-ci ne procède à son annonce le 19 juin dernier. "Cela nous dit bien quelle est la finalité de la déclaration de Benoît Lutgen: changer de maître, via le MR, pour être prêt à rejoindre la majorité fédérale avec la N-VA dans les mois et années à venir", a affirmé Olivier Maingain devant quelque 400 militants de DéFI réunis à Bruxelles pour un événement à la fois politique et festif de rentrée du parti. Dans le journal télévisé d'RTL-TVI, le premier ministre Charles Michel a lui démenti avoir informé préalablement les partenaires flamands de son gouvernement des intentions de Benoît Lutgen. "Délire total, affabulation totale", a-t-il dit, précisant que M. Maingain était un habitué de ce type d'invectives. "Injure politique, zéro propositions", a renchéri le premier ministre, opposant la sortie de M. Maingain aux réformes entreprises par son gouvernement fédéral. M. Michel a indiqué qu'il s'était limité à informer les partenaires flamands qu'il n'y aurait pas de répercussions sur le gouvernement fédéral dès que Benoît Lutgen l'a informé en juin qu'il ferait une annonce sur le changement de majorité en Wallonie. Pour Olivier Maingain en revanche, DéFI se révèle de plus en plus comme le seul rempart francophone contre la N-VA et ses intentions séparatistes. Plus largement, le premier rassemblement de l'année, pour la formation francophone, a été mis à profit par plusieurs orateurs pour poser les premiers jalons de la future campagne en vue des communales de 2018. (Belga)

Nos partenaires