Maingain : "la N-VA rompt avec le pacte social qui fonde la solidarité en Europe"

20/01/13 à 10:56 - Mise à jour à 10:56

Source: Le Vif

Aussitôt réélu, le président des FDF Olivier Maingain a adressé ce dimanche une "mise en garde" à ceux qui seraient tentés de s'embarquer avec la N-VA pour son programme socio-économique sans la prendre pour son projet institutionnel.

Maingain : "la N-VA rompt avec le pacte social qui fonde la solidarité en Europe"

© BELGA

"Le projet socio-économique de la N-VA est ultra-libéral. Il rompt avec toute la solidarité et le pacte social qui fonde la solidarité en Europe", a -t-il dit devant les militants FDF réunis en congrès électoral à Auderghem.

Selon le président des FDF, l'Europe sera "la réelle perspective de notre avenir collectif". En son sein, la ligne de partage idéologique sera entre ceux qui s'inscrivent dans le camp des fédéralistes européens, demandeurs d'une Europe plus aboutie, et tous ceux qui veulent la mettre à mal "car il ne défendent que l'égoïsme".

Olivier Maingain a estimé que sa formation était la seule, du côté francophone, à se revendiquer du libéralisme social dont "plus personne ne parle au MR depuis la scission". Celui-ci repose sur la créativité individuelle et la liberté d'entreprendre sans spéculation au détriment de la prospérité collective, a-t-il ajouté.

Le projet des FDF pour entretenir l'espoir d'un retour à la prospérité s'appuiera sur la mise en place du "triangle parfait" formé par l'enseignement -que le président des FDF voudrait rendre obligatoire dès l'âge de 3 ans- et la formation, la qualité de la recherche et le soutien à la création des (très) petites entreprises.

"La prospérité de la fédération Wallonie Bruxelles passe par le grand débat sur la formation et l'enseignement. Quand reparlera-t-on des méthodes pédagogiques pour un enseignement de qualité?" a demandé Olivier Maingain.

Sur le plan socio-économique, il a plaidé pour une relation étroite entre Bruxelles et d'autres métropoles wallonnes et pour une simplification des institutions.

Maingain réélu président du FDF avec 76,2% des voix

Les membres du FDF ont réélu ce dimanche leur président sortant, Olivier Maingain, pour un nouveau mandat d'un peu plus de deux ans à la tête de la formation amarante en lui accordant 76,2% des voix. Son challenger, le député bruxellois Emmanuel De Bock, a été crédité de 23,8% des suffrages.

Initialement programmé de 9h à 11h, le scrutin a été prolongé d'une demi-heure pour permettre aux membres du parti parfois retardés sur les routes par les conditions hivernales de rejoindre le centre culturel d'Auderghem. Au final, il auront été 817 à se déplacer pour voter.

Agé de 54 ans, Olivier Maingain occupe la présidence de la formation amarante depuis 1995. Dimanche, il avait pour unique challenger le jeune député bruxellois, Emmanuel De Bock, 36 ans.

A l'issue du congrès électoral, Olivier Maingain a félicité son challenger. "Emmanuel a apporté la preuve de la vitalité démocratique du parti", a commenté le président des FDF, soulignant qu'il y avait de la relève au sein de sa formation. "Je lui souhaite une aussi belle présidence que la mienne", a-t-il ajouté disant voir en Emmanuel De Bock un futur président potentiel.

De son côté, Emmanuel De Bock a estimé que sa candidature avait transcendé Olivier Maingain qui "a convaincu qu'il était l'homme dont le parti avait besoin pour affronter l'échéance de 2014". Se félicitant de n'avoir rencontré aucun frein à sa candidature, Emmanuel De Bock s'est dit heureux d'avoir pu rassembler en un peu plus d'un mois près d'un électeur sur quatre et d'avoir pu montrer que la jeune génération était présente au sein des FDF.

Le congrès électoral a également permis de désigner les trois vice-présidents et le secrétaire-général. Il n'y avait qu'un(e) seul(e) candidat(e) pour chacun de ces mandats. Moniques Felix a été élue vice-présidente pour la Wallonie avec 79% des voix. Valérie Valérie Geeurickx (périphérie) a été créditée de 78% des voix, tandis que Joëlle Maison (Bruxelles) a obtenu un score beaucoup plus confortable de 92,9% des suffrages. Enfin, le secrétaire général sortant, Michel Colson a lui été réélu avec un très confortable 93,6%.

Olivier Maingain a décidé de se présenter une nouvelle fois parce qu'il entend assumer jusqu'aux élections de 2014, la décision des FDF de redonner au parti son autonomie et parce qu'il considère que les résultats des élections communales d'octobre dernier pour la formation amarante constituent un encouragement à poursuivre.

Nos partenaires