Maingain "Avec la scission de BHV, on prépare celle du pays"

06/06/12 à 09:51 - Mise à jour à 09:51

Source: Le Vif

Le président des FDF Olivier Maingain estime que la scission de l'arrondissement électoral de BHV, votée mardi par la commission des Affaires institutionnelles du Sénat, prépare la scission du pays. "On entre dans une logique confédéraliste", a indiqué mercredi, M. Maingain, sur les ondes de la Première. Il considère que la scission de BHV renforce la frontière linguistique comme future frontière de l'Etat.

Maingain "Avec la scission de BHV, on prépare celle du pays"

© Image Globe

Pour le président des FDF, tant les Flamands, en ce qui concerne Bruxelles, que les francophones, pour la périphérie, ont laissé des plumes avec cette scission. "Moi je ne cherche pas à liquider quoi que ce soit, je ne suis pas dans une logique nationaliste. S'il n'y a pas assez de Flamands à Bruxelles, ce n'est pas parce qu'on mène une politique d'extermination. C'est bien pour ça que je défendais BHV. J'ai un respect profond de la minorité flamande à Bruxelles.", a-t-il déclaré.

Le président des FDF ne croit pas à une pacification communautaire avec la scission de BHV. "Même Kris Peeters dit déjà qu'il faut préparer la 7e réforme de l'Etat", a-t-il souligné. Pour Olivier Maingain, les francophones se trompent de tactique. "Le jour où on comprendra que ce n'est pas en nourrissant le nationalisme flamand qu'on va l'arrêter mais en leur tenant tête...", a-t-il lancé. "Il n'y a même pas la convention cadre sur la protection des minorités nationales", a-t-il déploré.

"Qu'on ne nous bassine plus avec des plans"

Interrogé sur l'intégration des étrangers, le président des FDF Olivier Maingain a demandé une nomination à Bruxelles de nouveaux magistrats. "Et qu'on cesse de nous annoncer des plans au niveau du gouvernement", a-t-il dit. Il a par ailleurs attaqué le discours "paradoxal" du MR sur la question de l'intégration.

Olivier Maingain a critiqué l'action du gouvernement qui propose d'après lui des plans après chaque événement, comme celui survenu dernièrement à Molenbeek après le contrôle d'identité d'une femme portant le niqab. "Qu'on ne nous bassine plus avec des plans, qu'on nomme des magistrats", a-t-il lancé.

Le vrai problème à Bruxelles se situe, d'après lui, au niveau des magistrats qu'il estime trop peu nombreux. Il demande de multiplier les procédures accélérées.

M. Maingain a critiqué l'attitude du MR par rapport à la question de l'intégration des étrangers. "Le MR a fait un grand paradoxe la semaine dernière : Didier Reynders faisait une charge très claire sur l'échec de l'intégration, en même temps son président de parti était au Maroc pour tenter de convaincre les citoyens belges originaires du Maroc que son parti était ouvert à leur situation", a relevé le président des FDF.

"Ça veut dire quoi? Que pour convaincre des citoyens vivant en Belgique, il faut aller rendre des comptes à leurs autorités des pays d'origine ?", s'est-il interrogé, tout en ajoutant que la laïcité de l'Etat était essentielle.

Le Vif.be, avec Belga

Nos partenaires