Mail bombing des fonctionnaires du SPF Finances visant le gouvernement

21/05/15 à 16:05 - Mise à jour à 16:05

Source: Belga

Les agents du SPF Finances mènent depuis le début de cette semaine une action de 'mail bombing', soit l'envoi massif de courriers et courriels en vue de saturer des boîtes aux lettres et de messagerie, visant le gouvernement, annonce jeudi l'Union Nationale des Services Publics-secteur Finances, qui soutient le mouvement. Les fonctionnaires d'autres services publics fédéraux sont invités par le syndicat à emboîter le pas.

Mail bombing des fonctionnaires du SPF Finances visant le gouvernement

© Belga

Les agents du SPF Finances interpellent par mail et courrier postal leurs ministres de tutelle, soit le Premier ministre ainsi que les ministres des Finances, des Pensions et de la Fonction publique, de même que les parlementaires, pour exprimer leur désapprobation face aux réformes du gouvernement en matière de pension et de statut.

Les agents participants dénoncent également l'insuffisance de moyens humains et financiers accordés au SPF Finances. "Un manque de moyens qui engendrera, comme c'est le cas actuellement, de nombreuses perturbations dans le service aux citoyens et une diminution de la lutte contre la fraude fiscale", estime l'UNSP-Finances.

Le syndicat annonce des actions plus dures pour les prochaines semaines si les ministres visés ne réagissent pas rapidement. Le cabinet du ministre des Finances Johan Van Overtveldt avait annoncé à la mi-mai, par voie de presse, le recrutement de 800 nouveaux fonctionnaires à court terme, dont une centaine au sein de l'Inspection spéciale des Impôts.

Ces recrutements de ces fonctionnaires devraient avoir lieu une fois que le gouvernement aura levé le gel sur les engagements dans la fonction publique, en vigueur depuis l'été dernier. L'UNSP-Finances précise que les syndicats n'ont pas été consultés dans le cadre de ces recrutements.

Le syndicat ajoute que le nombre annoncé par le cabinet du ministre est largement inférieur aux 1.200 agents qui auraient dû être normalement recrutés en 2013 et 2014. Une concertation entre syndicats et autorité est prévue la semaine prochaine.

Nos partenaires