Luc Delfosse
Luc Delfosse
Auteur, journaliste
Opinion

17/01/13 à 19:09 - Mise à jour à 19:09

Magnette, prince héritier du gotha

Personne ni même votre pharmacien ou le laitier n'ouvrira la bouche comme la baleine de Jonas en apprenant sur le site du Soir ce jeudi que Paul Magnette succédera bientôt à Elio Di..., oh ! pardon à ce brave Mr Giet, à la présidence du PS, Laurette Onkelinx cornaquant les socialistes bruxellois en lieu et place de Rudy Vervoot lequel remplacerait Charles Piqué en mai prochain alors qu'un Liégeois monterait en lieu et place dudit Magnette au fédéral.

Magnette, prince héritier du gotha

© Belga

Bref : en voiture Simone pour le grand frisson! Mais point de "oh" ou de "ah" ni même de "mazette"! Non pas parce que "Le Soir" est depuis quelques années une sorte de "Moniteur" du Bd de l'Empereur mais plutôt parce que tout le monde et votre laitier et le pharmacien sentaient venir le truc cousu de fil blanc depuis des mois. Sous son look à la Camel Trophy, Magnette est de la race des bosseurs fous, des stratèges bardés de savoir et rongés d'ambition. Le maïorat de Charleroi, quels qu'en soient les immenses enjeux, n'était évidemment pas de nature à sevrer ce genre de Gargantua politique.

Donc seuls les esprits les plus placides n'avaient pas compris l'autre week-end (en lisant évidemment "Le Soir") que lorsqu'il en appelait à l'éveil d'une "Nation wallo-bruxelloise" au détour d'un long interview consacré à son bilan gouvernemental et au devenir de sa ville, Magnette confirmait qu'il était le futur nouveau boss ; qu'il se plaçait de la sorte dans l'exact sillage di rupien en réaffirmant solennellement la ligne officielle du parti (qui, soit dit en passant, est toujours aussi écartelé sur la résolution du théorème institutionnel qu'il y a vingt-cinq ans, mais passons).

Aujourd'hui la Belgique, la NVA et le reste de l'univers connaissent donc officiellement le nom du futur patron du parti socialiste. Et là, d'un coup, on ouvre le bec comme une entrée de métro. Et l'on se demande, tout de même, s'il est bien normal qu'en 2013, un grand parti démocratique, qui plus est "de gauche", soit amené par acclamation à "choisir" son président. Autrement dit qu'une petite centaine de milliers de militants soient appelés, au terme d'un pastiche électoral, à désigner à leur tête un chef adoubé , au terme de mille tractions internes, par la seule coupole du parti. Soit cette douzaine d'hommes et de femmes réunis autour de Di Rupo qui, en plus d'être Premier ministre et bourgmestre "géostratégique" de Mons, est bien entendu le président de l'ombre du parti, le Grand Contrôleur, Celui Qui sait, Décide, Nomme et Révoque. Si l'on osait : une réincarnation, entre poigne et flanelle courtoise, de feu Guy Spitaels rien de moins.

Pour séculaire que soit ce procédé, il est lassant et pour tout dire injurieux pour la démocratie dont ce parti nous rabat d'heure en heure les oreilles, et surtout pour ses adhérents ravalés, pardon, au rang de faire-valoir, de colleurs ou de moutons. Reste à espérer que se lèveront (sans y être invités d'en haut...) quelques outsiders, hommes et femmes qui porteront le débat... Mais c'est désormais une affaire interne.

D'ici là et sur réserve d'inventaire, on conseillera vivement au PS de nous épargner les leçons sur la nécessité des débats contradictoires, les comportements autoritaro-populistes de Bart De Wever ou de tout autre leader et les scandales des dotations royales. Car pour dire les choses crûment : sa façon de désigner le prince héritier est aussi peu égalitaire que celle du gotha qu'il fait mine de railler.

Luc Delfosse


Nos partenaires