"Ma cliente n'a jamais formulé d'accusations contre Monsieur Antoine"

23/10/13 à 16:12 - Mise à jour à 16:12

Source: Le Vif

Le Parquet de Liège a décidé de clore le dossier qui avait été ouvert à charge du ministre André Antoine pour des faits présumés de harcèlement. Le Procureur général, Christian de Valkeneer, précise par ailleurs que les faits dénoncés étaient prescrits.

"Ma cliente n'a jamais formulé d'accusations contre Monsieur Antoine"

© Belga

L'avocat Luc Misson, chargée de défendre la plaignante dans le cadre du dossier de faits de harcèlement ouvert à l'encontre du ministre André Antoine, a déclaré dans un communiqué que sa cliente : "n'a jamais publiquement accusé Monsieur Antoine de pareils faits. Elle n'a jamais déposé de plainte ni de constitution de partie civile contre Monsieur Antoine ni contre qui que ce soit d'autre. Si les faits étaient avérés, au moment où elle était auditionnée, ils auraient été de toute manière prescrits. Monsieur le Ministre Antoine n'a pas déposé de plainte, par exemple pour diffamation ou calomnie, à l'encontre sa cliente. [...] Ma cliente n'a jamais formulé d'accusations contre Monsieur Antoine et elle n'entend pas modifier son attitude, les faits étant d'ailleurs prescrits. Elle ne voudrait cependant pas qu'une certaine présentation du classement du dossier ouvert à l'initiative du Parquet Général de Liège puisse être utilisée pour la présenter comme une affabulatrice vindicative et injuste."

Le Parquet général de Liège a classé ce dossier sans suite, l'information ouverte n'ayant pas révélé de "charges suffisantes de culpabilité à l'encontre de l'intéressé", selon les termes du Procureur général Christian de Valkeneer. Celui-ci précise par ailleurs que les faits dénoncés étaient prescrits. Le ministre Antoine n'a pas souhaité commenter cette information.

Pour rappel, une information judiciaire avait été ouverte à la suite de la diffusion, dans une émission de la RTBF, d'un témoignage mettant en cause un ministre régional wallon. Une ancienne attachée de presse de ce ministre, identifié par la suite comme étant André Antoine (CDH), y avait révélé qu'elle avait été victime de faits de harcèlement.

Nos partenaires