Lutte contre le terrorisme: une quarantaine de personnes radiées en Région bruxelloise

10/02/15 à 17:08 - Mise à jour à 17:08

Source: Belga

Jusqu'à présent, on dénombre une quarantaine de personnes radiées des listes dans les communes bruxelloises les plus directement touchées par le départ de jeunes gens vers la Syrie et la zone de combats menés par et contre l'organisation État Islamique, ressort-il des informations obtenues auprès de leurs bourgmestres.

Lutte contre le terrorisme: une quarantaine de personnes radiées en Région bruxelloise

© BELGA

Interrogé lundi soir lors de la séance du conseil communal, le bourgmestre Yvan Mayeur (PS) avait indiqué que la Ville de Bruxelles avait jusqu'à présent radié du registre de la population 18 personnes parties combattre en Syrie. Selon Yvan Mayeur, les données transmises à la Ville font apparaître l'existence d'une liste d'une septantaine de personnes qui soit sont parties en zone de conflit, soit sont rentrées, soit auraient l'intention de partir. Les dix-huit personnes radiées jusqu'ici du registre de la population l'ont été sur proposition des services de police, dans le cadre d'une procédure accélérée.

A Schaerbeek, les personnes parties en zone de conflit et radiées se comptent sur les doigts d'une main, a pour sa part indiqué Marc Weber, directeur du cabinet du bourgmestre Bernard Clerfayt (FDF), précisant que la "cité des ânes" radiait "comme il se doit" et indistinctement les personnes "qui ne résident manifestement plus sur le territoire de la commune, comme prévu par la loi". M. Weber a par ailleurs souligné qu'une radiation pouvait aussi mener à perdre la trace d'une personne.

Le bourgmestre d'Anderlecht, Eric Tomas (PS), s'inscrit dans la même logique, soulignant que la commune radie des citoyens de ses listes à chaque réunion du collège, sur instruction des services de police, mais sans connaître la cause précise d'une absence prolongée. M. Tomas n'a avancé aucun chiffre en rapport avec d'éventuels départs en Syrie.

De son côté, la bourgmestre de Molenbeek Saint-Jean, Françoise Schepmans (MR), a avancé deux chiffres concernant sa commune. D'après elle, vingt jeunes gens se sont rendus dans la zone de conflit et quinze d'entre eux ont été radiés des listes de la population molenbeekoise.

En savoir plus sur:

Nos partenaires