Lutte contre de radicalisme - Action d'enseignants à l'institut Anneessens-Funck contre la suspension du directeur

22/01/16 à 18:06 - Mise à jour à 18:06

Source: Belga

(Belga) Une trentaine d'enseignants de l'institut Anneessens-Funck ont mené une action symbolique d'une heure aux portes de l'établissement vendredi à 15h30 pour faire part de leur mécontentement à l'égard de la décision de la Ville de suspendre leur directeur Chris Pijpen, dans l'attente de l'issue d'une procédure disciplinaire destinée à clarifier son rôle dans les soupçons de non transmission d'informations au sujet des signes de radicalisation manifestés par Bilal Hadfi, un des kamikazes des attentats de Paris, et qui était auparavant un élève de l'établissement.

L'action a été menée par des professeurs qui n'étaient pas censés donner cours à ce moment, si bien qu'elle n'a pas eu de répercussion pour les élèves, a souligné le secrétaire de la régionale bruxelloise de la CGSP Marc Borremans, interrogé par Belga. Selon le permanent syndical, la CGSP soutient cette action. Pour le syndicat socialiste, cette décision du pouvoir organisateur, le collège de la Ville de Bruxelles, constitue "l'incident de trop pour le personnel de l'Institut déjà confronté à des difficultés relatives tant aux conditions matérielles d'enseignement qu'à une population scolaire précarisée et difficile", dans le contexte d'"une affaire pénible ayant aggravé un climat délétère au sein de cette école". La Ville de Bruxelles reproche au directeur d'avoir attendu le 27 avril pour signaler le cas de Bilal Hadfi, qui ne fréquentait plus l'école depuis le 24 février et présentait des signes de radicalisation. (Belga)

Nos partenaires