Luc Hennart critique vivement l'idée du ministre de la Justice

08/02/16 à 07:07 - Mise à jour à 07:07

Source: Belga

(Belga) Le président du tribunal de première instance francophone de Bruxelles, Luc Hennart, est vivement opposé à l'idée du ministre de la Justice, Koen Geens (CD&V), qui a évoqué dimanche la possibilité d'une modification de la loi afin de rendre impossible la suspension du prononcé envers une personne poursuivie pour viol. "Quand on dit qu'il ne faudrait plus permettre la suspension du prononcé de la condamnation pour un viol, je pense qu'on confond tout. Le juge, il est face à une situation déterminée et on ne le répétera jamais assez", commente lundi M. Hennart dans la Dernière Heure.

Luc Hennart critique vivement l'idée du ministre de la Justice

Luc Hennart critique vivement l'idée du ministre de la Justice © BELGA

Mercredi, un animateur radio d'une trentaine d'années était jugé à Gand pour viol et a obtenu une suspension du prononcé, n'écopant d'aucune peine, sauf une indemnisation de 4.500 euros à verser à la victime. Il n'avait pas nié les faits, qui s'étaient produits fin 2014. "Le juge ne dit pas la vérité absolue; la vérité absolue n'existe pas. Le juge dit : dans un cas particulier, voilà selon moi ce qui s'est produit. Ici : il a estimé qu'il y avait viol; à la limite, il aurait pu aussi dire dans le même contexte qu'il n'est pas établi à suffisance que l'homme a agi sans avoir le consentement et il aurait pu l'acquitter. On aurait dit quoi alors ? Il faut supprimer la possibilité d'acquittement pour les viols", s'interroge le magistrat. "La suspension du prononcé : cela veut dire qu'on reconnaît les faits mais qu'en raison des circonstances particulières qui entourent l'affaire, il y a là une décision qui apparaît au juge de nature à rétablir une forme de paix sociale. C'est aussi ça la bonne justice : faire un rappel à l'ordre sans nécessairement basculer dans quelque chose qui va conduire à une inscription au casier judiciaire, à un emprisonnement, à une perte d'emploi", ajoute-t-il. (Belga)

Nos partenaires