Louis Michel : Philippe Moureaux est "racoleur et électoraliste"

23/04/12 à 10:12 - Mise à jour à 10:12

Source: Le Vif

L'attaque du chef de file socialiste Philippe Moureaux vis-à-vis des journalistes de la RTBF dans le cadre d'un reportage de "Questions à la Une" consacré à l'islam à Bruxelles relève d'un procédé "racoleur et électoraliste", a jugé dimanche le député européen et ministre d'Etat Louis Michel (MR), sur le plateau de "Mise au Point" (RTBF).

Louis Michel : Philippe Moureaux est "racoleur et électoraliste"

© Belga

Invité par RTL-Tvi, le ministre-président bruxellois Charles Picqué a quant à lui parlé de "faute" de la part du vice-président de la fédération bruxelloise du PS.

Après la diffusion du reportage, Philippe Moureaux avait qualifié, dans une interview accordée à Maghreb TV, de "méthodes de Goebbels" celles utilisées par le journaliste, Frédéric Deborsu.

Sur le plateau de "Mise au point", le bourgmestre de Molenbeek à une nouvelle fois replacé dans leur contexte des propos "à caractère spontané, pas très polissés". Il a répété ne jamais avoir comparé les journalistes de l'émission à Goebbels, mais, y avoir fait une "allusion peut être excessive".

Philippe Moureaux avait également évoqué une "manipulation de l'information" et qualifié les auteurs du reportage de "racistes" et d'"islamophobes". "Si j'ai parlé de tromperies et de manipulation, c'est parce qu'on m'avait parlé d'une émission sur l'islam et les musulmans dans la société et que l'on s'est retrouvé avec une autre, sur l'extrémisme", a-t-il commenté dans une interview accordée au Soir.

Il a aussi dit avoir voulu "sonner le tocsin", "demander le respect des populations" dont il est "notamment responsable" dans sa commune, et souligné son souci permanent de soutenir les plus faibles.

"J'ai du mal à croire à la sincérité de Philippe Moureaux disant avoir agi dans le souci de la défense des plus faibles", a répliqué Louis Michel pour qui il s'est agi plutôt d'un "coup électoraliste et racoleur, instrumentalisant cette communauté". "Je considère que victimiser ces communautés, c'est les pousser à l'assistanat et à la dépendance. Je ne crois pas que c'est une vertu humaniste", a-t-il ajouté.

Sur le plateau de "l'Invité" (RTL-Tvi), Charles Picqué a estimé que son co-listier avait "commis une faute" en faisant une comparaison "plus que déplacée" dont il s'est expliqué entretemps.

Le ministre-président bruxellois a par ailleurs estimé qu'il fallait se montrer d'une extrême fermeté à l'égard d'un islam radical minoritaire mais qui influence une certaine jeunesse.

Le Vif.be, avec Belga

Nos partenaires