Louis Michel : l'entrée des libéraux serait logique

02/02/11 à 12:52 - Mise à jour à 12:52

Source: Le Vif

Pressenti dans la presse comme possible futur chargé de mission par le roi, Louis Michel a affirmé qu'il serait logique que les libéraux entrent dans les négociations mais il est toutefois resté prudent quant à la logique des gouvernements miroirs si tel était le cas.

Louis Michel : l'entrée des libéraux serait logique

© Belga

Le député européen Louis M (MR), estime que pour tenter de relancer les négociations fédérales que l'on n'a pas encore "vérifié" une méthode un peu plus rigoureuse qui permettrait d'avoir une idée beaucoup plus précise de qui fait quoi. On n'a pas encore exploré tous les scénarii qui permettraient d'améliorer la vie des gens, a-t-il expliqué ce matin sur les antennes de La Première radio de la RTBF.

L'entrée des libéraux serait logique

Pour l'ancien ministre des Affaires étrangères, il y aurait une logique à ce que les libéraux entrent dans le processus de négociation, dont ils ont été jusqu'à présent écartés. Mais c'est au roi à évaluer en toute autonomie la formule qu'il faut appliquer aujourd'hui.

Occupé avec les plusieurs nouveaux ambassadeurs, le roi Albert II n'a pris aucune initiative politique ce matin. On ne sait par ailleurs pas si une initiative sera prise plus tard dans la journée.

Il faut mettre le pays "au goût du jour" Il faut débarrasser la classe politique des problèmes communautaires lancinants et mettre le pays "au goût du jour", estime Louis Michel, qui ne veut plus de la méthode ancienne du patchwork "un peu de ceci, un peu de cela", qui n'est pas vraiment utile pour le pays. A titre de mauvais exemple, il a cité certains projets avancés pour scinder la justice et qui ne feraient que rendre plus compliquée la position du justiciable.

Pour lui, la réforme du pays doit être claire et lisible et déterminer quelles sont les grandes compétences fédérales et ce que les Régions peuvent faire de mieux au service des gens.

Prudence sur la logique des gouvernements miroirs Quant à l'exigence du MR d'entrer dans les majorités régionales et communautaires s'il est appelé à négocier une participation au gouvernement fédéral, Louis Michel est resté très prudent. La situation devra être évalué à la lumière des circonstances, a-t-il dit, tout en ajoutant qu'il ne "voyait pas pourquoi la logique des gouvernements miroir qui a été retenue par l'Olivier pour des raisons de cohérence ne vaudrait pas pour les libéraux".

"Jusqu'à présent, la participation aux exécutifs régionaux était une condition de participation et je n'ai pas souvenance qu'une instance du parti soit revenu sur cette décision, mais nous devrons réévaluer les choses à la lumière de l'évaluation des circonstances", a-t-il souligné.

Le journaliste a insisté: donc vous demanderez qu'on reparle des exécutifs régionaux ? "Je ne suis pas aussi brusque", a répliqué M. Michel tout en ajoutant "vous ne vous trompez pas" et en répétant une fois de plus qu'il ne voyait pas pourquoi la logique des gouvernements miroir ne serait pas valable avec les libéraux.

Le Vif.be, avec Belga

Nos partenaires