Liesbeth Homans: "Je regrette que la pauvreté devienne un jeu politique"

18/05/15 à 13:32 - Mise à jour à 13:32

Source: Knack

Cette semaine, la ministre flamande de la Lutte contre la Pauvreté, Liesbeth Homans (N-VA) a pris trois mesures fort critiquées contre la pauvreté en Flandre.

Liesbeth Homans: "Je regrette que la pauvreté devienne un jeu politique"

Liesbeth Homans © BELGA

Les partis d'opposition Groen et sp.a fustigent le plan de lutte contre la pauvreté de Homans. Selon Groen, il s'agit de bonnes initiatives, mais elles se limitent à une lutte contre les symptômes. Quant au sp.a, il se montre plus virulent : "Homans hurle très fort pour cacher que son plan d'action est inconsistant".

"Je ne vais pas éradiquer la pauvreté dans le monde"

Interrogée par la VRT, Homans déclare qu'elle n'a jamais prétendu que ses mesures allaient éradiquer la pauvreté. "La lutte contre la pauvreté est une compétence horizontale du gouvernement flamand, qui porte sur l'enseignement, le bien-être, mais aussi le travail. Je suis convaincue, par exemple, que le meilleur moyen de sortir de la pauvreté ou de ne jamais y sombrer est de tirer son revenu du travail" estime la ministre flamande.

Homans souligne également que c'est la première fois depuis que les socialistes ne participent pas au gouvernement fédéral que le salaire minimum sera relevé jusqu'au seuil de pauvreté européen. "Les indemnités les plus basses sont également augmentées et préservées du saut d'index" explique Homans .

Pour elle, il est important de travailler avec tous les niveaux de pouvoir. "Nous devons fournir des efforts sur énormément de fronts. Aussi est-il dommage que la pauvreté soit un jeu politique" conclut-elle.

Allocations familiales

Homans a ajouté que le gouvernement flamand a encore besoin d'un peu de temps pour développer son propre système d'allocations familiales. Suite à la sixième réforme de l'état, les allocations familiales sont devenues une compétence flamande. Le gouvernement Bourgeois souhaite simplifier le système et donner un même montant à chaque enfant.

"Il est important de mettre un bon système sur pied. C'est ce dont s'occupe mon collègue Vandeurzen en ce moment" explique Homans. Lors d'une interview accordée à De Zondag, le ministre flamand du Bien-être (CD&V) a confirmé que le gouvernement ne peut instaurer un nouveau système en catastrophe. "Nous allons bien étudier les effets sur les familles" explique Vandeurzen.

L'accord gouvernemental mentionne un supplément social pour les enfants qui grandissent dans une famille à bas revenu. Selon Homans, il est déjà certain que ce supplément ne sera pas attribué sur base de statut, mais qu'il sera élargi aux personnes qui perçoivent un salaire bas.

En savoir plus sur:

Nos partenaires