Liège est déclarée "hors zone CETA"

27/09/16 à 07:49 - Mise à jour à 07:49

Source: Belga

Pas loin de deux ans après s'être déclarés "hors zone TTIP", les élus liégeois ont voté lundi soir la motion visant à déclarer Liège "hors zone CETA". Cet accord économique et commercial global entre l'Union européenne et le Canada a été conclu en 2014 mais reste actuellement en négociations.

Liège est déclarée "hors zone CETA"

© BELGA/Thierry Roge

Le collège a soumis lundi soir une motion visant à déclarer Liège "hors zone CETA". Les réactions des différents partis présents ont été vives. Le MR n'a pas manqué de noter l'absence de Jean-Claude Marcourt qui s'est éclipsé pendant ce débat délicat, la Région wallonne soutenant l'accord.

Christine Defraigne (MR) a partagé ses inquiétudes au sujet des réactions canadiennes si Liège leur tournait le dos. "Si nous fermons la porte au Canada de cette façon, il faudra peut-être se dire à terme qu'on ne fera pas non plus d'accord de partenariat avec la Grande-Bretagne, par exemple. C'est un danger de se replier ainsi sur soi-même! ", a déclaré la cheffe de groupe. Elle a également insisté sur certaines nuances entre le CETA et le TTIP, et a tenu à présenter le Canada comme un exemple en termes de normes sociales et environnementales.

Ces propos ont vivement fait réagir Raoul Hedebouw (PTB). Il a d'ailleurs souligné une forme d'opposition à l'extrême de la part de Christine Defraigne, qui, selon lui, généralise le fait de refuser un accord international comme une porte fermée à toute ouverture sur le monde. "Vous usez là d'un discours idéologique libéral et dogmatique!", a lancé l'homme fort de gauche. "On se trouve dans une spirale vers le bas où la concurrence diminue le pouvoir d'achat des travailleurs et des communes. Le CETA aura beaucoup de répercussions sur notre réalité communale et sur les libertés de la Ville de Liège. Je préconise qu'au niveau des démarches communales et des appels d'offres, nous puissions déjà prendre des mesures pour refuser ce type de système!"

PS, cdH, Ecolo et Vega ont, tour à tour, présenté divers arguments tels que le privilège accordé aux multinationales au détriment des PME, ou au fait de devoir renoncer à la souveraineté alimentaire et industrielle de la commune et de l'Europe.

Le débat s'est conclu par le vote à la motion déclarant Liège "hors CETA". Tous les partis, à l'exception du MR, ont voté pour.

Nos partenaires