Libye : Flahaut se refuse à la "polémique stérile"

22/03/11 à 10:10 - Mise à jour à 10:10

Source: Le Vif

Le président de la Chambre André Flahaut s'est refusé ce mardi matin sur les antennes de La Première radio de la RTBF à alimenter une "polémique stérile" à propos des déclarations de Pieter De Crem hier.

Libye : Flahaut se refuse à la "polémique stérile"

© Belga

"On n'est pas dans une mission de soutien mais dans une opération offensive" afin d'obtenir à terme la traduction du dirigeant libyen Mouammar Kadhafi devant la Cour pénale internationale, avait affirmé le ministre de la Défense Pieter De Crem

Il est très difficile de réagir à chaud, confronté aux termes du mandat des Nations unies, des règles d'engagement et face à la pression médiatique, a-t-il dit, soulignant que de toutes façons, la seule personne à pouvoir parler au nom du gouvernement est le premier ministre.

L'ancien ministre de la Défense a encore admis que des positions différentes ont été exprimées par le CD&V et le PS au sein du gouvernement fédéral. Selon lui, il est normal que des discussions se déroulent et que des sensibilités différentes s'expriment. Il est donc important de faire la synthèse, comme cela a été le cas lundi au parlement, qui a marqué son adhésion à la position définie par le gouvernement.

Les F-16 belges seront peut être amenés à effectuer des missions sur le terrain en Libye mais la taille de la Belgique fait qu'elle assume une mission intermédiaire: "On ne sait pas tout faire comme les autres", a-t-il dit.

André Flahaut souhaite aussi que l'opération militaire soit coordonnée par les moyens de l'OTAN (QG, bases), sans toutefois afficher un "label OTAN", afin d'éviter l'assimilation à la présence des Etats-Unis.

Une position exprimée également par la vice-première ministre Laurette Onkelinx sur les antennes de Bel RTL. Pour elle, la volonté de renverser Kadhafi se trouve bien dans la résolution des Nations Unies mais l'opération militaire actuelle a pour but d'éviter un bain de sang et de protéger le peuple libyen; et c'est avec d'autres moyens qu'il faudra chasser le dictateur.

Le Vif.be, avec Belga

Nos partenaires