Liberté, égalité, paternité

28/10/10 à 10:40 - Mise à jour à 10:40

Source: Le Vif

Et si, après la naissance, les deux parents s'arrêtaient ? Des avocats français lancent l'idée, dans l'intérêt... des entreprises.

Liberté, égalité, paternité

© Thinkstock

C'est la promotion finalement refusée, après l'annonce de l'"heureux événement". Le poste en or confié "plutôt" à un collègue, la demande de formation devenue "non prioritaire", l'augmentation "ajournée"... Quand ce n'est pas le poste qui se retrouve sur la sellette. Quels que soient la durée de l'absence, la taille de l'entreprise, la bienveillance de la hiérarchie et le professionnalisme de l'intéressée, la salariée devenue mère sait qu'elle a peu de chances d'échapper aux stéréotypes. L'année dernière, la Halde (Haute Autorité de Lutte contre les Discriminations et pour l'Egalité en France) enregistrait 250 plaintes pour discrimination liée à la grossesse, cinq fois plus que l'année précédente. A l'heure où les eurodéputés viennent de voter l'allongement à vingt semaines du congé maternité minimal en Europe, un club d'avocats conseils en entreprise et experts en droit social, AvoSial, avance une idée radicale : créer un congé paternité obligatoire, en plus du congé maternité en vigueur.

Une utopie irréaliste ? "Le "délit" de maternité coûte très cher aux employeurs, qui se privent de talents féminins cruciaux et s'exposent aux procès en discrimination, coupe Me Nicolas Sauvage, associé au sein du cabinet ReedSmith, à l'origine de la proposition. Beaucoup cherchent une solution pour sortir de l'ornière." Dans une société où les pères se déchargent encore si souvent des tâches familiales au prétexte qu'ils font bouillir la marmite, l'expert ne voit qu'une parade : obliger les deux parents à s'arrêter, à tour de rôle. La mère d'abord, comme la loi le prévoit. Puis le conjoint, trois mois. Les liens père-enfant, dont on sait qu'ils se nourrissent au berceau, en sortiraient plus forts. La mère, plus libre. L'enfant, plus équilibré. Et l'entreprise... plus efficace. Qui dit mieux ?

Julie Joly

En savoir plus sur:

Nos partenaires