Libération conditionnelle refusée pour l'un des détenus les plus célèbres de France

31/03/16 à 16:13 - Mise à jour à 16:13

Source: Belga

(Belga) L'un des prisonniers les plus célèbres de France, Patrick Henry, condamné à la prison à vie en 1977 pour le meurtre d'un enfant, restera en détention, la cour d'appel de Paris ayant rejeté jeudi sa demande de liberté conditionnelle.

Libération conditionnelle refusée pour l'un des détenus les plus célèbres de France

Libération conditionnelle refusée pour l'un des détenus les plus célèbres de France © BELGA

La cour a infirmé la décision d'un tribunal d'application des peines qui lui avait accordé en janvier la libération conditionnelle, a annoncé son avocate, Me Carine Delaby-Faure, très en colère contre une "décision pas courageuse", qui continue à ne considérer en Patrick Henry qu'un "symbole". Enlèvement à la sortie de l'école, chantage à la rançon puis découverte du corps de l'enfant, mort par strangulation, sous le lit de Patrick Henry: l'affaire du petit Philippe Bertrand, 7 ans, avait eu un retentissement énorme en France à la fin des années 70. Et le procès qui a suivi reste l'un des plus marquants de l'histoire judiciaire française récente, car il a été celui de la peine de mort dans l'un des derniers pays d'Europe occidentale où elle était alors en vigueur. Patrick Henry, aujourd'hui âgé de 63 ans, a en effet échappé de justesse à la guillotine grâce notamment à la plaidoirie de son avocat Robert Badinter, fervent militant pour l'abolition de la peine capitale qu'il contribuera à abolir en tant que ministre de la Justice en 1981. En mai 2001, Patrick Henry avait obtenu une mise en liberté conditionnelle après 25 ans de prison, une sortie de prison très médiatisée. Devenu un visage de la réinsertion, il avait pourtant cassé cette image par un vol à l'étalage en juin 2002. Son arrestation en Espagne en octobre de la même année, en possession de près de 10 kg de cannabis, l'avait ensuite ramené en prison. Depuis 2002, cinq demandes de libération conditionnelle de Patrick Henry avaient déjà été acceptées dans un premier temps par le tribunal de l'application des peines, puis rejetées après appel du parquet. Un recours en grâce avait également été rejeté en 2014. "Je vais me pourvoir en cassation dès aujourd'hui" a prévenu Me Delaby-Faure qui a expliqué que les juges avaient estimé que Patrick Henry, l'un des plus anciens détenus de France, n'avait pas montré une volonté sincère de réinsertion, malgré le succès, aux dire des médecins, de la psychothérapie qu'il a suivie pendant six ans après son retour en prison. (Belga)

Nos partenaires