Les visiteurs de Walibi ne sont plus égaux face aux files d'attente

10/06/13 à 10:09 - Mise à jour à 10:09

Source: Le Vif

Selon le quotidien Het Nieuwsblad, le parc d'attractions Walibi propose un Speedy Pass destiné aux personnes qui ne veulent pas faire de queues. Pour éviter les files formées aux attractions, il faudra débourser 35 euros en plus du billet d'entrée. Il s'agit d'une première en Belgique.

Les visiteurs de Walibi ne sont plus égaux face aux files d'attente

© Belga

Si Walibi qualifie son nouveau pass de "service supplémentaire pour les personnes qui souhaitent plus de confort", le nouveau billet suscite la polémique. Jusqu'ici, tous les visiteurs devaient faire preuve de patience et faire la queue avant de monter dans une attraction. À Walibi, les détenteurs du Speedy Pass ont désormais le droit de dépasser tout le monde et de profiter des attractions avant les autres visiteurs.

"Il est ironique" déclare le pédagogue Pedro De Bruyckere, "que ces différences que nous essayons d'éliminer dans l'enseignement, continuent à surgir dans le reste du monde. Ce genre de procédés confrontent de jeunes enfants à l'inégalité."Sa consoeur Marijke Bisschop partage son avis : "Comment expliquer à un enfant que vous devez faire une file interminable alors que d'autres gamins passent devant uniquement parce que leurs parents sont plus riches? "

Quant au secrétaire d'Etat aux Familles Philippe Courard (PS), il se dit "choqué" par la nouvelle politique tarifaire mise en place par Walibi. "Oser proposer d'éviter les files d'attente moyennant un supplément prohibitif de 35 euros est non seulement antisocial et discriminatoire mais aussi totalement anti-pédagogique" estime-t-il.

"Ce système contribue clairement à créer une société à deux vitesses, où les plus riches bénéficient d'avantages au détriment des autres", commente Philippe Courard. Le secrétaire d'Etat ajoute que le parc se profile ainsi comme "un parc d'attractions pour familles les plus riches".

Philippe Courard compte interpeller le parc d'attraction lundi afin de lui demander de revoir fondamentalement sa politique tarifaire.

CB/Belga

Nos partenaires