Les victimes directes ou indirectes des tueries du Brabant peuvent encore solliciter une aide

06/12/17 à 09:37 - Mise à jour à 09:38

Source: Belga

(Belga) Les victimes, directes ou indirectes, des tueries du Brabant peuvent toujours contacter la Commission pour l'aide financière aux victimes d'actes intentionnels de violence, a annoncé mercredi le ministre de la Justice Koen Geens (CD&V). Celui-ci a précisé qu'il fournirait de plus amples informations durant la réunion avec les victimes, les proches et le parquet lundi prochain.

Disant comprendre la demande de reconnaissance des victimes des tueries du Brabant, le ministre a expliqué, par voie de communiqué, que dans les années '80, l'approche des victimes était différente de celle d'aujourd'hui. Cela soulève la question de savoir si toutes les victimes se sont bel et bien fait connaître. "Il est évident que certaines personnes gardent toujours en elles des traumatismes, dont les plaies se rouvrent actuellement à la suite des récentes révélations. Certaines victimes qui ont été à l'époque impliquées directement ou indirectement se sentent peut-être prêtes à parler aujourd'hui des événements", a commenté M. Geens. C'est la raison pour laquelle celui-ci insiste sur le fait qu'il est toujours possible pour les victimes qui ne se seraient pas encore manifestées de le faire. "Pour certaines victimes, le passé est tellement douloureux qu'elles ne trouvaient pas les mots, toutes ces années durant, pour parler de ces événements effroyables. C'est pourquoi nous leur tendons aujourd'hui la main afin qu'elles puissent évoquer leur récit. La Commission pour l'aide financière peut les aider à appréhender le passé et ainsi les accompagner vers un meilleur avenir", a encore dit le ministre de la Justice. (Belga)

Nos partenaires